Charles Baudelaire

Materie:Appunti
Categoria:Francese

Voto:

2.5 (2)
Download:1070
Data:01.10.2009
Numero di pagine:17
Formato di file:.doc (Microsoft Word)
Download   Anteprima
charles-baudelaire_9.zip (Dimensione: 11.63 Kb)
readme.txt     59 Bytes
trucheck.it_charles-baudelaire.doc     55.5 Kb



Testo

CHARLES BAUDELAIRE

C Biographie
Il nasse en 1821. il a eu une enfance traumatisante: la mère s’avait épousé jeune avec le père de B., qui avait 60 ans. Il meurt tôt, quand B. avait 6 ans. Sa mère tombe alors amoureuse d’un militaire, le capitaine de l’armée Aupick, et ils s’épousent. B. n’a jamais accepté ce mariage, parce qu’il l’a considéré un trahison de sa mère. De plus, il n’a jamais accepté Aupick, car il encharnait tous les valeurs bourgeois (l’argent, la carrière, l’ordre…) que B. n’aimait pas.
Au lycée, B. obtient des excellents résultats, mais il est renvoyé pour indiscipline. Il commende des études de droit a l’université, mais il est plus attiré à conduire une vie de Bohème.

“La Bohème“ était une opéra de Puccini, dans la quelle des artistes talentueux, mais avec peux d’argent, vivait en dehors des règles, au jour le jour, sans des projets futurs. Ils vivaient avec le peu d’argent qu’ils pouvaient gagner avec leur talent.

B. fréquente ce milieu d’artistes, mais sa famille se préoccupe. Pour le détacher des bohémiens, ses parents veulent lui faire faire un voyage. En 1841 B. embarque pour l’Inde, mais il n’y arrivera jamais: en effet, quand il arrive dans l’Île Bourbon il est pris de la nostalgie, rebrousse chemin et retourne à Paris.
Quand il devient majeur, à 21 ans, il prend possession de sa part d’héritage paternelle. Avec cet argent, il change de vie: il en dépense beaucoup (achète un appartement dans l’Île St Louis, dans le centre de Paris; achète des objets d’art très rare et luxueux; s’habille de façon raffinée, élégante) et a une longue orageuse liaison d’amour avec la danseuse mulâtresse Jeanne Duval. Elle a été la femme la plus importante qui a inspiré beaucoup des poèmes contenus dans “Les Fleurs du Mal”, dont le thème central est l’amour sensuel et charnel. Les autres poèmes sont inspirés d’autres femmes (par exemple, “L’invitation au voyage”).
Il devient un dandy, c’est à dire il a un goût excessif pour le lux, l’élégance des vêtements, le langage soutenu et les objets d’art: c’est une façon pour le dandy de déclarer son appartenance à une élite intellectuelle. B. le dit dans l’œuvre “Le peintre de la vie moderne”: c’est un oeuvre consacré à un peintre de son époque, dans la quelle, en se referant au lux et à l’élégance, il dit que “ce choses ne sont pour le parfait dandy que le symbole de la supériorité aristocratique de son esprit”.
B. dissipe tôt son patrimoine. Ses parents sont encore une fois préoccupés et la mère met B. sous tutelle financière: elle lui passait une petite part de l’héritage claque mois. Pour B. c’est une forte humiliation, parce qu’il doit dépendre de sa mère e t l’argent qu’elle lui donne ne suffit pas pour la vie qu’il conduit. Pour mener la vie qu’il désir il se met donc à travailler comme journaliste: il écrit des articles de critique d’art, surtout à propos des oeuvres de Delacroix, qu’il aimait beaucoup. Il traduit aussi les oeuvres d’Edgar Allan Poe, poète maudit américain.
D’autres oeuvres écrites par B. sont:
• “Spleen de Paris”, aussi appelé “Petit poèmes en prose”, dans la quelle il veut peindre la vie moderne avec la prose poétique de façon musicale (différente de celle du “Fleurs du mal”)
• “Les paradis artificiels”, dans la quelle il décrit les effets des drogues (opium, hashish…).
B. est intéressé au rapport entre la perception déforme de la réalité qu’on obtient sous les effets des drogues et de l’alcool, et à la création poétique avec ces effets. Des artistes disait que la création était favorisé par ces effets; B. les a essayé et a étudié ce discours, mais il n’est jamais devenu esclave d’eux.
Il meurt en 1867 à Paris, à 46 ans, après une maladie qu’il l’a rendu aphasique (il ne pouvait pas parler). Il a été enterré dans la tombe de famille des Aupick.

I Baudelaire: un poète maudit?
“Les poètes maudits”: œuvre de Verlaine de 1888. c’est un recueil de six articles consacrés a six poètes que Verlaine connaissait personnellement (Mallarmé, Rimbaud..). ils étaient refusés par le public, parce que leur œuvres étaient à l’avance par rapport à leur époque.
L’expression “poète maudit“ se réfère à un artiste qui vit en dehors des règles, qui n’accepte pas les valeurs et les règles de la société bourgeoise, qui a souvent cherché la provocation et le scandale. Ces sont pas seulement les artistes françaises, mais aussi Edgar Allan Poe pour son style de vie.

Le thème du Voyage dans l’œuvre de Baudelaire
La fonction du voyage est une fuite de la réalité qu’il n’aime pas, c’est une évasion du spleen, un mode pour échapper.

» “L’Invitation au voyage”, p.152 [I partie “Les Fleurs du Mal”]
c’est un voyage imaginaire, intérieur, dans un endroit indéfini, désigné par l’utilisation d’adverbes vagues, comme « là-bas, là »

» “Le Voyage”, [VI partie “Les Fleurs du Mal”]
1. le voyage n’est pas une solution au spleen, parce que dans n’importe quels lieux du monde, on retrouve le même problème : on sera ennuis par le spleen.
2. on doit partir s’il est nécessaire, mais il ne changera rien. Les mêmes sentiments on les retrouve partout.
3. le seul voyage qui peut être considéré la solution est le voyage ver la mort. Elle n’est pas vue comme une chose négative, parce qu’elle représente la solution au spleen.
4. il n’est pas important de savoir qu’est-ce que il y aura après ; la mort est libératrice.

A la fin du “Fleurs du Mal” le voyage vers la mort est le seul qui permet d’échapper au spleen.

Baudelaire et le mouvement décadent
la Décadence est un mouvement qui s’oppose au Naturalisme. Ses thèmes sont :
• le mal de vivre qui caractérise les personnages de la décadence. C’est un sentiment vague d’ennui existentielle, de malaise, une forme de névrose (maladie mentale)
• l’amour pour l’artificiel : on aime ce qui est produit par l’art, parce qu’il est supérieur à ce qui est produit par la nature
• esthétisme : le culte de la perfection formelle
• dandysme : lux, goût, élégance raffinée
Tous ces aspects, on les retrouve dans la vie de B., qui est considéré un précurseur de la décadence.

L’écrivain le plus important de cette periode est Huysmans. Il commence sa carrière dans le Groupe de Médan, donc comme un Naturaliste. Après, il change de chemin, sort du groupe et commence à écrire des œuvres différentes, décadentes.

» “À Rebours”, Huysmans
le protagoniste est Des Esseintes, le dernier descendant d’une famille noble. Il est un dandy : il aime l’art, il est raffiné, cultivé, il déteste la médiocrité de la société. C’est pourquoi il va vivre dans sa maison de campagne, en s’entourant d’objets d’art rares et luxueux. Il découvre la littérature décadente latine et, parmi les poètes modernes, il aime Baudelaire.
Toutefois, cette façon de vivre est négative pour son équilibre psychologique et sa névrose : le médecin lui conseil d’abandonner cette vie et retourner dans la société. Il y retourne, mais il la déteste et pour en évader il se réfugie dans la religion catholique, au fin d’échapper au suicide, qu’il voyait comme la seul solution pour sortir de cette situation.

g « L’invitation au Voyage », p.152
Le poème s’adresse à Marie Daubrun, une femme qui le poète a aimé.
Forme:
Ce sont 3 strophes de 12 vers, séparées par un refrain.
Vers impairs: 2 de 5 syllabes, 1 de 7 syllabes (4 fois) → plus de musicalité que les verses pairs (cit. Verlaine, p.169)
Dans les verses de 7 syllabes les rimes sont féminines, riches et suffisantes.
Les autres rimes sont masculines → les vers sont brefs et la rime revient plus souvent.
Contenu:
Le destinataire de la poésie est la femme aimée.
La présence du poète est indiquée par des adjectifs possessifs (mon enfant, ma sœur, mon esprit, notre)
On ne sait pas vers quel pays le poète invite à voyager, on peut seulement l’imaginer. C’est un endroit indéfini que le poète indique par « là », « là-bas ». Probablement, il s’agit d’un pays de rêve, parce que à la fin le poète utilise le conditionnel.
Analyse des strophes:
1ère :
Le poète invite la femme à aller vivre dans le pays qui la ressemble → comparaison entre la femme et le pays.
« aimer et mourir » : thème très utilisée dans la littérature, depuis les grecques (Eros et Thanatos). La mort est entendue comme une liaison éternelle, comme l’amour. Ils se retrouvent aussi dans « Tristan et Isotte », « Roméo et Juliette »
« traîtres yeux » : les yeux de la femme, quand ils sont voilés par les larmes, ressemblent pour le poète à la vu des soleils de ce pays quand ils sont voilés par les nuages.
→ il désire aller vivre dans le pays qui ressemble à la femme
2ème :
Dans la chambre il y a des meubles ancien, riches (« luisants, polis »)
Les fleurs ont des odeurs qui se mêlent
Il y a des miroirs et des plafonds décorés.
→ le poète décrit leur chambre, richement décorée avec des éléments qui rappellent l’Orient.
3ème :
Le poète et la femme se trouvent dans la pièce. L’homme invite la femme à regarder l’extérieur en utilisant l’impératif (« vois »).
Il y a des canaux, des vassaux dits « d’humeur vagabonde » parce qu’ils voyagent beaucoup.
Les navires sont au service de la femme parce qu’ils font du commerce avec des pays orientaux et elle peut donc acheter à travers d’eux des marchandises qui viennent de l’autre bout du monde.
A la fin il y a une apothéose de lumière jaune et chaude sur tout le paysage.
Inspiration:
On pense que le poète s’est inspiré de l’Hollande (canaux, bateaux, commerce oriental). B. peut s’être inspiré de la peinture flamande qui montre des intérieurs riches, avec des fenêtres qui s’ouvrent sur l’extérieur.

“L’Albatros”, p.149 [traduction in italiano p.342]
Date:
On pense que la poésie a été écrite en 1841, quand B. a fait un voyage à l’Île de la Réunion (à l’est de l’Afrique; avant elle s’appelait Île Bourbon). Aujourd’hui la France a toujours des territoires d’autre mer qui ont été des colonies dans le passé.
Probablement il a assisté à un épisode similaire et il s’y est inspiré pour écrire le poème.
L’œuvre a été publiée dans le 2ème édition de « Les Fleurs du Mal », 1861, qui avait été censuré en 1857.
Contenu:
Dans un bateau en voyage il y a des marins qui, pour s’amuser, capturent un albatros. L y la description des humiliations subies par l’albatros et, a la fin, un comparaison de l’oiseau avec le poète.
Forme:
primaire ment, il était formé de 3 strophes seulement. Sur conseil d’un ami, il a ajouté la 4ème, pour insister sur le malaise de l’albatros capturé.
Il est donc formé de 4 strophes, chacune de 4 vers alexandrines. Les rimes sont féminines alternées à des rimes masculines. (rimes croisées, ABAB).
Les rimes sont : pauvres, suffisantes, riches et très riches.
Structure:
il se divise en 2 parties: le 1ères 3 strophes racontent l’histoire de l’albatros, son capture et son humiliation; la dernière strophe fait un comparaison avec le poète.
Thème:
au centre de la poésie il y a la conditions du poète. Le vers 13 (“le Poète est semblable au prince des nuées”) comporte la lecture symbolique de tout le poème : l’albatros est dans le ciel comme un souverain, un être supérieur, si comme le poète quand il se trouve dans son milieu naturel, la création poétique. Toutefois, quand ils sont parmi les autres il se sont humiliés et ridiculisés, méprîmés parce qu’ils ne sont pas compris, les autres ne comprennent leur grandeur → ils sont des Rois dans leurs milieux naturels, mais parmi les autres ils sont humiliés, parce qu’ils ne sont pas compris.
Sonorité:
Dans la 1ère strophe il y a une abondance des sons fricatives (f, s, v). dans l’ensemble se produit une sorte de bruissement, qui reproduit un peu le bateau qui glisse sur la mer.

« Les Fleurs du Mal », p.150
Date:
1857 : 1ère édition → procès pour « offense contre la morale » des certaines poèmes. [même que Flaubert avec « Madame Bovary »]. B. a fait donc une 2ème édition en 1861, enlevant les poèmes condamnés et en les replaçant avec des autres (ex. « L’Albatros »)
Titre:
C’est une provocation : « fleurs » et « mal », ce sont deux mots opposés. Les 1ères rappellent la beauté, l’innocence → B. suggère qu’il peut y avoir du mal aussi dans la beauté. Le titre peut signifier « la beauté du mal ».
Structure:
C’est le 1er recueil dans lequel l’ordre des poèmes a une signification précise, comme B. explique à un ami dans une lettre.
Il y a 6 parties :
I:
La plus importante, elle comprend plus de la moitié des poèmes de tout le recueil. (85 sur 130 environ).
Ici, le poète oscille entre aspiration à l’idéal et le spleen : c’est un mot anglais qui indique un humeur noir, mauvaise état dépressif, une maladie angoissante de l’âme, ennuie existentielle. Il y a 4 poèmes avec le titre « Spleen », où B. explique la signification du mot.
Les poèmes de cette partie sont des tentatives d’évasion du spleen. Ils parlent de voyages dans des endroits meilleurs où à l’amour comme une sorte de fuite.
II:
B. chante les marginaux de Paris, les exclus.
Il tente d’échapper au spleen à travers la fraternité avec le marginaux de la ville dont il a compassion.
III:
Evasion à travers de l’ivresse provoqué par le vin.
IV:
Evasion dans l’abandonne au Mal, par ex. avec la drogue et les amours interdites (homosexuels). Ce sont surtout les poèmes de cette section qui ont été censurés (6 poèmes)
V:
Evasion dans la révolte contre Dieu et l’éloge à Satan, considéré le 1er révolté (Satan= Lucifer, ange qui se révolte contre Dieu).
Tout les tentatives sont des échecs, le poète n’arrive pas à guérir du spleen.
VI:
La dernière évasion possible est la mort.
Le dernier poème s’appelle « Le Voyage », et parle du voyage vers la mort.
Considérations:
B. a été le 1er poète moderne de la littérature française, parce que :
Il utilise des formes classiques (sonnets, vers alexandrins) pour exprimer des images de la vie moderne.
Il mêle les aspects le plus laids de la vie moderne (drogue, pauvreté) avec la vie quotidienne (poème consacré à la mendiante).
Il utilise des figures poétiques nouvelles : la synesthésie, une association de sensations qui appartiennent à des champs sensoriels différents (ex. dans « Correspondances », p.151). elle à été reprise par les poètes décadents (Pascoli, D’Annunzio).
Il utilise des symboles, comme des figures de style rhétorique. Toutefois, d’autres avant de lui les avaient utilisées. Il est un des précurseurs du symbolisme : dans le poème « Correspondances » il a une idée qu’il n’exprime pas de façon claire, mais il suggère que le poète est le seul capable de comprendre et déchiffrer les mystères de l’univers, qui se présent à l’homme comme une forêt de symboles. l’homme normale passe à travers de cette forêt sans comprendre, tandis que le poète, qui a plus de sensibilité, peut comprendre ces mystères. Il est donc considéré un précurseur pour cette idée, pas seulement pour l’utilisation des symboles.

CHARLES BAUDELAIRE

C Biographie
Il nasse en 1821. il a eu une enfance traumatisante: la mère s’avait épousé jeune avec le père de B., qui avait 60 ans. Il meurt tôt, quand B. avait 6 ans. Sa mère tombe alors amoureuse d’un militaire, le capitaine de l’armée Aupick, et ils s’épousent. B. n’a jamais accepté ce mariage, parce qu’il l’a considéré un trahison de sa mère. De plus, il n’a jamais accepté Aupick, car il encharnait tous les valeurs bourgeois (l’argent, la carrière, l’ordre…) que B. n’aimait pas.
Au lycée, B. obtient des excellents résultats, mais il est renvoyé pour indiscipline. Il commende des études de droit a l’université, mais il est plus attiré à conduire une vie de Bohème.

“La Bohème“ était une opéra de Puccini, dans la quelle des artistes talentueux, mais avec peux d’argent, vivait en dehors des règles, au jour le jour, sans des projets futurs. Ils vivaient avec le peu d’argent qu’ils pouvaient gagner avec leur talent.

B. fréquente ce milieu d’artistes, mais sa famille se préoccupe. Pour le détacher des bohémiens, ses parents veulent lui faire faire un voyage. En 1841 B. embarque pour l’Inde, mais il n’y arrivera jamais: en effet, quand il arrive dans l’Île Bourbon il est pris de la nostalgie, rebrousse chemin et retourne à Paris.
Quand il devient majeur, à 21 ans, il prend possession de sa part d’héritage paternelle. Avec cet argent, il change de vie: il en dépense beaucoup (achète un appartement dans l’Île St Louis, dans le centre de Paris; achète des objets d’art très rare et luxueux; s’habille de façon raffinée, élégante) et a une longue orageuse liaison d’amour avec la danseuse mulâtresse Jeanne Duval. Elle a été la femme la plus importante qui a inspiré beaucoup des poèmes contenus dans “Les Fleurs du Mal”, dont le thème central est l’amour sensuel et charnel. Les autres poèmes sont inspirés d’autres femmes (par exemple, “L’invitation au voyage”).
Il devient un dandy, c’est à dire il a un goût excessif pour le lux, l’élégance des vêtements, le langage soutenu et les objets d’art: c’est une façon pour le dandy de déclarer son appartenance à une élite intellectuelle. B. le dit dans l’œuvre “Le peintre de la vie moderne”: c’est un oeuvre consacré à un peintre de son époque, dans la quelle, en se referant au lux et à l’élégance, il dit que “ce choses ne sont pour le parfait dandy que le symbole de la supériorité aristocratique de son esprit”.
B. dissipe tôt son patrimoine. Ses parents sont encore une fois préoccupés et la mère met B. sous tutelle financière: elle lui passait une petite part de l’héritage claque mois. Pour B. c’est une forte humiliation, parce qu’il doit dépendre de sa mère e t l’argent qu’elle lui donne ne suffit pas pour la vie qu’il conduit. Pour mener la vie qu’il désir il se met donc à travailler comme journaliste: il écrit des articles de critique d’art, surtout à propos des oeuvres de Delacroix, qu’il aimait beaucoup. Il traduit aussi les oeuvres d’Edgar Allan Poe, poète maudit américain.
D’autres oeuvres écrites par B. sont:
• “Spleen de Paris”, aussi appelé “Petit poèmes en prose”, dans la quelle il veut peindre la vie moderne avec la prose poétique de façon musicale (différente de celle du “Fleurs du mal”)
• “Les paradis artificiels”, dans la quelle il décrit les effets des drogues (opium, hashish…).
B. est intéressé au rapport entre la perception déforme de la réalité qu’on obtient sous les effets des drogues et de l’alcool, et à la création poétique avec ces effets. Des artistes disait que la création était favorisé par ces effets; B. les a essayé et a étudié ce discours, mais il n’est jamais devenu esclave d’eux.
Il meurt en 1867 à Paris, à 46 ans, après une maladie qu’il l’a rendu aphasique (il ne pouvait pas parler). Il a été enterré dans la tombe de famille des Aupick.

I Baudelaire: un poète maudit?
“Les poètes maudits”: œuvre de Verlaine de 1888. c’est un recueil de six articles consacrés a six poètes que Verlaine connaissait personnellement (Mallarmé, Rimbaud..). ils étaient refusés par le public, parce que leur œuvres étaient à l’avance par rapport à leur époque.
L’expression “poète maudit“ se réfère à un artiste qui vit en dehors des règles, qui n’accepte pas les valeurs et les règles de la société bourgeoise, qui a souvent cherché la provocation et le scandale. Ces sont pas seulement les artistes françaises, mais aussi Edgar Allan Poe pour son style de vie.

Le thème du Voyage dans l’œuvre de Baudelaire
La fonction du voyage est une fuite de la réalité qu’il n’aime pas, c’est une évasion du spleen, un mode pour échapper.

» “L’Invitation au voyage”, p.152 [I partie “Les Fleurs du Mal”]
c’est un voyage imaginaire, intérieur, dans un endroit indéfini, désigné par l’utilisation d’adverbes vagues, comme « là-bas, là »

» “Le Voyage”, [VI partie “Les Fleurs du Mal”]
1. le voyage n’est pas une solution au spleen, parce que dans n’importe quels lieux du monde, on retrouve le même problème : on sera ennuis par le spleen.
2. on doit partir s’il est nécessaire, mais il ne changera rien. Les mêmes sentiments on les retrouve partout.
3. le seul voyage qui peut être considéré la solution est le voyage ver la mort. Elle n’est pas vue comme une chose négative, parce qu’elle représente la solution au spleen.
4. il n’est pas important de savoir qu’est-ce que il y aura après ; la mort est libératrice.

A la fin du “Fleurs du Mal” le voyage vers la mort est le seul qui permet d’échapper au spleen.

Baudelaire et le mouvement décadent
la Décadence est un mouvement qui s’oppose au Naturalisme. Ses thèmes sont :
• le mal de vivre qui caractérise les personnages de la décadence. C’est un sentiment vague d’ennui existentielle, de malaise, une forme de névrose (maladie mentale)
• l’amour pour l’artificiel : on aime ce qui est produit par l’art, parce qu’il est supérieur à ce qui est produit par la nature
• esthétisme : le culte de la perfection formelle
• dandysme : lux, goût, élégance raffinée
Tous ces aspects, on les retrouve dans la vie de B., qui est considéré un précurseur de la décadence.

L’écrivain le plus important de cette periode est Huysmans. Il commence sa carrière dans le Groupe de Médan, donc comme un Naturaliste. Après, il change de chemin, sort du groupe et commence à écrire des œuvres différentes, décadentes.

» “À Rebours”, Huysmans
le protagoniste est Des Esseintes, le dernier descendant d’une famille noble. Il est un dandy : il aime l’art, il est raffiné, cultivé, il déteste la médiocrité de la société. C’est pourquoi il va vivre dans sa maison de campagne, en s’entourant d’objets d’art rares et luxueux. Il découvre la littérature décadente latine et, parmi les poètes modernes, il aime Baudelaire.
Toutefois, cette façon de vivre est négative pour son équilibre psychologique et sa névrose : le médecin lui conseil d’abandonner cette vie et retourner dans la société. Il y retourne, mais il la déteste et pour en évader il se réfugie dans la religion catholique, au fin d’échapper au suicide, qu’il voyait comme la seul solution pour sortir de cette situation.

g « L’invitation au Voyage », p.152
Le poème s’adresse à Marie Daubrun, une femme qui le poète a aimé.
Forme:
Ce sont 3 strophes de 12 vers, séparées par un refrain.
Vers impairs: 2 de 5 syllabes, 1 de 7 syllabes (4 fois) → plus de musicalité que les verses pairs (cit. Verlaine, p.169)
Dans les verses de 7 syllabes les rimes sont féminines, riches et suffisantes.
Les autres rimes sont masculines → les vers sont brefs et la rime revient plus souvent.
Contenu:
Le destinataire de la poésie est la femme aimée.
La présence du poète est indiquée par des adjectifs possessifs (mon enfant, ma sœur, mon esprit, notre)
On ne sait pas vers quel pays le poète invite à voyager, on peut seulement l’imaginer. C’est un endroit indéfini que le poète indique par « là », « là-bas ». Probablement, il s’agit d’un pays de rêve, parce que à la fin le poète utilise le conditionnel.
Analyse des strophes:
1ère :
Le poète invite la femme à aller vivre dans le pays qui la ressemble → comparaison entre la femme et le pays.
« aimer et mourir » : thème très utilisée dans la littérature, depuis les grecques (Eros et Thanatos). La mort est entendue comme une liaison éternelle, comme l’amour. Ils se retrouvent aussi dans « Tristan et Isotte », « Roméo et Juliette »
« traîtres yeux » : les yeux de la femme, quand ils sont voilés par les larmes, ressemblent pour le poète à la vu des soleils de ce pays quand ils sont voilés par les nuages.
→ il désire aller vivre dans le pays qui ressemble à la femme
2ème :
Dans la chambre il y a des meubles ancien, riches (« luisants, polis »)
Les fleurs ont des odeurs qui se mêlent
Il y a des miroirs et des plafonds décorés.
→ le poète décrit leur chambre, richement décorée avec des éléments qui rappellent l’Orient.
3ème :
Le poète et la femme se trouvent dans la pièce. L’homme invite la femme à regarder l’extérieur en utilisant l’impératif (« vois »).
Il y a des canaux, des vassaux dits « d’humeur vagabonde » parce qu’ils voyagent beaucoup.
Les navires sont au service de la femme parce qu’ils font du commerce avec des pays orientaux et elle peut donc acheter à travers d’eux des marchandises qui viennent de l’autre bout du monde.
A la fin il y a une apothéose de lumière jaune et chaude sur tout le paysage.
Inspiration:
On pense que le poète s’est inspiré de l’Hollande (canaux, bateaux, commerce oriental). B. peut s’être inspiré de la peinture flamande qui montre des intérieurs riches, avec des fenêtres qui s’ouvrent sur l’extérieur.

“L’Albatros”, p.149 [traduction in italiano p.342]
Date:
On pense que la poésie a été écrite en 1841, quand B. a fait un voyage à l’Île de la Réunion (à l’est de l’Afrique; avant elle s’appelait Île Bourbon). Aujourd’hui la France a toujours des territoires d’autre mer qui ont été des colonies dans le passé.
Probablement il a assisté à un épisode similaire et il s’y est inspiré pour écrire le poème.
L’œuvre a été publiée dans le 2ème édition de « Les Fleurs du Mal », 1861, qui avait été censuré en 1857.
Contenu:
Dans un bateau en voyage il y a des marins qui, pour s’amuser, capturent un albatros. L y la description des humiliations subies par l’albatros et, a la fin, un comparaison de l’oiseau avec le poète.
Forme:
primaire ment, il était formé de 3 strophes seulement. Sur conseil d’un ami, il a ajouté la 4ème, pour insister sur le malaise de l’albatros capturé.
Il est donc formé de 4 strophes, chacune de 4 vers alexandrines. Les rimes sont féminines alternées à des rimes masculines. (rimes croisées, ABAB).
Les rimes sont : pauvres, suffisantes, riches et très riches.
Structure:
il se divise en 2 parties: le 1ères 3 strophes racontent l’histoire de l’albatros, son capture et son humiliation; la dernière strophe fait un comparaison avec le poète.
Thème:
au centre de la poésie il y a la conditions du poète. Le vers 13 (“le Poète est semblable au prince des nuées”) comporte la lecture symbolique de tout le poème : l’albatros est dans le ciel comme un souverain, un être supérieur, si comme le poète quand il se trouve dans son milieu naturel, la création poétique. Toutefois, quand ils sont parmi les autres il se sont humiliés et ridiculisés, méprîmés parce qu’ils ne sont pas compris, les autres ne comprennent leur grandeur → ils sont des Rois dans leurs milieux naturels, mais parmi les autres ils sont humiliés, parce qu’ils ne sont pas compris.
Sonorité:
Dans la 1ère strophe il y a une abondance des sons fricatives (f, s, v). dans l’ensemble se produit une sorte de bruissement, qui reproduit un peu le bateau qui glisse sur la mer.

« Les Fleurs du Mal », p.150
Date:
1857 : 1ère édition → procès pour « offense contre la morale » des certaines poèmes. [même que Flaubert avec « Madame Bovary »]. B. a fait donc une 2ème édition en 1861, enlevant les poèmes condamnés et en les replaçant avec des autres (ex. « L’Albatros »)
Titre:
C’est une provocation : « fleurs » et « mal », ce sont deux mots opposés. Les 1ères rappellent la beauté, l’innocence → B. suggère qu’il peut y avoir du mal aussi dans la beauté. Le titre peut signifier « la beauté du mal ».
Structure:
C’est le 1er recueil dans lequel l’ordre des poèmes a une signification précise, comme B. explique à un ami dans une lettre.
Il y a 6 parties :
I:
La plus importante, elle comprend plus de la moitié des poèmes de tout le recueil. (85 sur 130 environ).
Ici, le poète oscille entre aspiration à l’idéal et le spleen : c’est un mot anglais qui indique un humeur noir, mauvaise état dépressif, une maladie angoissante de l’âme, ennuie existentielle. Il y a 4 poèmes avec le titre « Spleen », où B. explique la signification du mot.
Les poèmes de cette partie sont des tentatives d’évasion du spleen. Ils parlent de voyages dans des endroits meilleurs où à l’amour comme une sorte de fuite.
II:
B. chante les marginaux de Paris, les exclus.
Il tente d’échapper au spleen à travers la fraternité avec le marginaux de la ville dont il a compassion.
III:
Evasion à travers de l’ivresse provoqué par le vin.
IV:
Evasion dans l’abandonne au Mal, par ex. avec la drogue et les amours interdites (homosexuels). Ce sont surtout les poèmes de cette section qui ont été censurés (6 poèmes)
V:
Evasion dans la révolte contre Dieu et l’éloge à Satan, considéré le 1er révolté (Satan= Lucifer, ange qui se révolte contre Dieu).
Tout les tentatives sont des échecs, le poète n’arrive pas à guérir du spleen.
VI:
La dernière évasion possible est la mort.
Le dernier poème s’appelle « Le Voyage », et parle du voyage vers la mort.
Considérations:
B. a été le 1er poète moderne de la littérature française, parce que :
Il utilise des formes classiques (sonnets, vers alexandrins) pour exprimer des images de la vie moderne.
Il mêle les aspects le plus laids de la vie moderne (drogue, pauvreté) avec la vie quotidienne (poème consacré à la mendiante).
Il utilise des figures poétiques nouvelles : la synesthésie, une association de sensations qui appartiennent à des champs sensoriels différents (ex. dans « Correspondances », p.151). elle à été reprise par les poètes décadents (Pascoli, D’Annunzio).
Il utilise des symboles, comme des figures de style rhétorique. Toutefois, d’autres avant de lui les avaient utilisées. Il est un des précurseurs du symbolisme : dans le poème « Correspondances » il a une idée qu’il n’exprime pas de façon claire, mais il suggère que le poète est le seul capable de comprendre et déchiffrer les mystères de l’univers, qui se présent à l’homme comme une forêt de symboles. l’homme normale passe à travers de cette forêt sans comprendre, tandis que le poète, qui a plus de sensibilité, peut comprendre ces mystères. Il est donc considéré un précurseur pour cette idée, pas seulement pour l’utilisation des symboles.

Esempio



  



Come usare