Tour de la Normandie

Materie:Tesina
Categoria:Francese
Download:120
Data:22.11.2005
Numero di pagine:6
Formato di file:.doc (Microsoft Word)
Download   Anteprima
tour-de-normandie_1.zip (Dimensione: 723.16 Kb)
trucheck.it_tour-de-la-normandie.doc     752 Kb
readme.txt     59 Bytes



Testo

JOUR 1: Milan – Rouen
Départ à 06:55 de l’aéroport de Milan Malpensa (MXP), avec le vol Air France AF3291, escale à Lyon et arrivée à l’aéroport Boos de Rouen (URO) à 10 :50. Transfert à l’Hôtel Mercure Rouen Centre et déjeuner. Aussitôt visite de la ville. Rouen est chef-lieu de la Haute-Normandie, fondée en époque romaine, elle fut capitale du duché de Normandie ; conquise par les Anglais en 1419 et gravement ruinée pendant la deuxième guerre mondiale. Sur la rive droite de la Seine il y a un noyau médiéval, des ruelles étroites, des maisons à treillis, nobles bâtiments en pierre, des églises gothiques avec de lumineuses baies vitrées et des musées qui racontent son histoire séculaire. Sur la rive gauche il y a la ville moderne qui vit d’industries et de commerces. On visite la Cathédrale de Notre Dame, qui mélange roman et gothique, et dans laquelle se trouve le tombeau des cardinales d’Amboise ; la Rue St-Romain, la porte des Libraires, les églises gothiques de St-Maciou et St-Ouen (dont la façade remonte à 1800). On continue avec le gothique Palais de Justice ; la Rue du Gros-Horloge et la Place du Vieux Marché avec l’église de Ste-Jeanne d’Arc. On finit avec l’Hôtel Dieu, dans lequel se trouve le Musée Flaubert et d’Histoire de la Médecine. Ensuite temps libre pour le shopping ou visite au Musée des Beaux-Arts, qui rassemble principalement des œuvres d’églises et d’abbayes.
JOUR 2 : Rouen – Mesnières-en-Bray – Eu - Fécamp – Le Havre – Rouen (349 km)
Petit-déjeuner en hôtel et départ pour Mesnières-en-Bray. Visite du Château, un des plus hauts exemples de Renaissance en Normandie. L’aspect extérieur est d’une sévère forteresse, alors que dans la cour d’honneur prévaut l’aspect du noble domicile de la Renaissance.
Départ pour Eu : ville royale, célèbre pour son illustre passé. Visite de l’église de Notre Dame et St Laurent, qui représente un des premiers exemples de gothique en Normandie. Opposé à l’église et entouré d’un parc du dix-septième siècle il y a le Château.
Déjeuner et départ pour Fécamp. Visite de l’abbaye de la Trinité, construite entre 1175 et 1220 sur un temple roman, bien connue pour la miraculeuse découverte d’un ancien coffret contenant des gouttes du Précieux Sang. La beauté du paysage est spectaculaire et peut conter sur les falaises les plus hautes de Normandie.
Dernière étape est Le Havre : fondé en 1517 par François I, c’est important surtout pour l’immense port industriel ; toutefois on ne peut pas perdre le Musée des Beaux-Arts, célèbre pour la collection d’impressionnistes et pour la collection la plus riche du monde, d’œuvres d’Eugène Boudin.
Retour à l’hôtel et dîner libre.
JOUR 3 : Rouen – Honfleur – Trouville-sur-Mer- Deauville – Cabourg – Caen (156 km)
Petit déjeuner en hôtel et départ pour Honfleur ; dressée sur la rive de la Seine, sa merveilleuse atmosphère a ensorcelé de nombreuses artistes et peintres ; parmi eux le composeur Erik Satie et le peintre Eugène Boudin. On voit Le Vieux Bassin, autour duquel s’alignent des maisons étroites et hautes, avec leur façade en pierre ou avec une structure en bois, quelquefois recouverte en ardoise. Il y a quelque reste des fortifications qui la renfermaient autrefois. L’église de St-Étienne donne sur le bassin ; construite en 1369 et agrandie en 1432, avec un portique en bois et un clocher élancé revêtu de copeaux en bois ; elle accueille, en outre, le Musée de la Marine. L’église de Ste-Catherine fut édifiée par les maîtres de hache des chantiers navals, et elle est, en fait, toute en bois.
Déjeuner et brève visite de Trouville-sur-Mer et Deauville, petites villes séparées seulement par le fleuve Torques. Trouville-sur-Mer a été fréquentée par de nombreuses artistes, dont parmi Alexandre Dumas et Gustave Flaubert. Les édifices sont curieux : des chalets en bois qui semblent suisses, des hôtels semblables des châteaux au bord de la mer, des villas éclectiques et orientalisantes et un casino digne de Louis XVI. Deauville est un centre d’été de réputation internationale et destination traditionnelle des fin-semaines parisiennes. Départ pour Cabourg, important port maritime, dont le centre a conservé l’atmosphère et les architectures belle époque. Dîner dans un restaurant typique et arrivée à Caen ; installation à l’hôtel Mercure Caen Centre Port de Plaisance.
JOUR 4 : Caen – Arromanches-les-Bains – Bayeux – Caen (70 km)
Petit-déjeuner et visite de Caen. Au terme d’un long siège, commencé le 6 juin 1944 (jour du débarquement en Normandie), 70% de la ville était détruite. Ce n’était qu’un petit village quand, en 1061, Guillaume duc de Normandie y réunit un concile et y fonda deux abbayes. Devenu roi d’Angleterre, il y fixa sa résidence et, en faisant édifier un château, il marquait le début d’un grand développement. Sur un éperon de roche, Guillaume le Conquérant fit édifier le Château, un fortin tôt devenu sa résidence préférée. Pendant les siècles il fut renforcé et agrandi, et à l’intérieur contient des constructions d’époques différentes. L’unique trace du château originaire est le Palais de l’Échiquier, rare exemple régional d’architecture civile romane. Entre les murs du château il y a un bâtiment moderne qui accueille le magnifique Musée des Beaux-Arts.
On continue la visite avec l’église de St-Pierre, où vivent en harmonie trois siècles d’architecture. Sur des Allés se dresse la tour Guillaume-le-Roi, ce qui reste des remparts. L’église de la Trinité était, par contre, parte de l’abbaye aux Dames. L’église gothique de St-Jean fut construite en 1400 sur un terrain marécageux et pour ça le portique-campanile est incliné.
L’Hôtel d’Escoville est caractérisé par le style de la Renaissance, édifié en 1537-50 pour un riche commerçant de Caen. Le long de l’animée rue St-Pierre quelques architectures du seizième siècle ont été restaurées après la guerre ; en rue Froide, une des plus anciennes de la ville, s’alignent des maisons avec des façades en pierre. L’église de St-Étienne fut fondée en 1063 par Guillaume le Conquérant (enterré ici de sa volonté) et complétée en 1077 ; sa parfaite unité de style roman est étonnante.
Le Mémorial de Caen, inauguré en 1988, est dédié aux épisodes tragiques de la seconde guerre mondiale, avec particulière attention aux événements de Caen.
Déjeuner et départ pour Arromanches-les-Bains, où se trouve le Musée du Débarquement le plus visité. Ensuite visite de Bayeux, dont les principaux points d’intérêt sont l’église de Notre-Dame (commencée en 1077, mais détruite en 1105 pendant le siège d’Henri I d’Angleterre et puis reconstruite entre 1200 et 1300) et, surtout, la tapisserie de Bayeux, exposée au Centre Guillaume-le-Conquérant. Il s’agit d’une broderie très précieuse avec des fils de laine, exécutée sur une toile de lin ; comme un extraordinaire livre illustré, il raconte l’histoire de Guillaume le Bâtard duc de Normandie, appelé Guillaume le Conquérant après la bataille de Hastings et sa montée au trône anglais. Le beau centre historique a été sauvé de la seconde guerre mondiale.
Retour à Caen et dîner libre.
JOUR 5 : Caen – Cherbourg – Coutances - Pointe du Hoc – Le mont St-Michel (277 km)
Petit déjeuner et départ pour Cherbourg, rempart allemand pendant la seconde guerre mondiale, fut libéré par les Américains le 24 juin 1944. Visite du port et de la basilique gothique de La Trinité, plusieurs fois détruite et reconstruite.
Déjeuner et aussitôt visite de Coutances. Importante déjà en époque romaine, elle vécut pendant la Renaissance une très bonne période. La Cathédrale fut édifiée en formes gothiques en 1251-74, sur les ruines d’une construction roman détruite en 1218. En rue Quesnel-Mourinière on peut encore admirer des palais du dix-huitième siècle, appartenant à de riches marchands et artisans, parmi lesquels l’Hôtel de Poupinel, qui accueille le musée citadin.
Ensuite départ pour la Pointe du Hoc ; il s’agit d’un promontoire où les Allemands avaient construit une lourde batterie d’artillerie qui constituait une menace pour les deux plages choisies pour le débarquement des Américains : Utah Beach à ouest et Omaha Beach à est. Il est possible de visiter les emplacements allemands.
Arrivée à Mont St Michel, installation à l’Hôtel Mercure Mont Saint Michel et déjeuner libre.
JOUR 6 : Le mont St-Michel – Rouen (264 km) – Milan
Pendant la matinée visite du Mont St-Michel, château enchanté sur des banques de sable marin. Malgré le développement touristique ait ruiné la beauté absolue de cet accord entre nature et histoire, il reste un endroit merveilleux.
Selon la tradition, l’archange apparut en rêve à l’évêque d’Avranches et lui ordonna de fonder l’abbaye sur mont Tombe. Ça était un îlot à forme de cône, regardé par les gens avec superstition et peur pour les marées imprévues et les insidieux sables mouvants qui le rendaient d’accès difficile. Le premier petit oratoire, construit pendant le huitième siècle, devint tout de suite destination de fidèles et dans le dixième siècle une église carolingienne le substitua. Pendant les deux siècles suivants il se transforma en une crypte, soutenant la plate-forme sur laquelle un bâtiment roman fut édifié. Pendant le treizième siècle furent construits le beau cloître et les bâtiments appelés « La Merveille » (pour les étonnantes formes gothiques), destinés aux moines et aux pèlerins, toujours plus nombreuses. Entre le quatorzième et le quinzième siècle s’ajoutèrent le logement de l’abbé e de la garnison royale, ainsi que les défenses qui transformèrent le complexe en une sévère forteresse. Mais justement le quinzième siècle, période de la plus grande puissance et richesse, marqua le début de la décadence du monastère, qui s’intéressa toujours plus aux bénéfices commerciaux, en devenant moins croyable et moins prestigieux spirituellement. L’œuvre de réforme des moines de St-Maur en 1600, n’apporta que des dommages au complexe architectonique. Par la suite elle fut transformée en prison et seulement en 1874 l’abbaye et les bastions furent considérés des monuments historiques à protéger ; en 1877 on construit un barrage pour relier l’îlot à la terre ferme. Depuis 1969 un petit group de religieuses y est retourné.
Aux pieds de l’abbaye se lève le magnifique bourg, avec l’étroite et tortueuse Grand-Rue et l’église de St-Pierre, indiqué par la tradition comme l’endroit où l’évêque d’Avranches est enterré.
Déjeuner et transfert à l’aéroport Boos de Rouen. À 16 :50 vol Air France AF5738 pour Milan avec escale à Lyon ; arrivée à Milan Malpensa à 20 :45.

Esempio