Sonnet sur Paris di Paul Scarron

Materie:Tema
Categoria:Francese

Voto:

1 (2)
Download:341
Data:27.02.2006
Numero di pagine:2
Formato di file:.doc (Microsoft Word)
Download   Anteprima
sonnet-sur-paris-paul-scarron_1.zip (Dimensione: 4.81 Kb)
readme.txt     59 Bytes
trucheck.it_sonnet-sur-paris-di-paul-scarron.doc     24.5 Kb



Testo

Comprendre
1) Dans ce sonnet Paul Scarron représente une Paris d'une façon différente des autres. Il ne montre pas l'aspect romantique de cette ville, mais son aspect contradictoire et mélangé pour dire que Paris est la ville du bien et du mal. Cette perspective inquiète et troublée se révèle pendant une longue et exaspérée description qui évoque dans l’esprit du lecteur des images différentes et contrastes d’hombres et de lumières capables de réfléchir la confusion de Paris.
Dans cette énumération le poète représente :
- le mélange architectonique de la ville (1er Quatrain)
- la multitude et la diversité des gens (2ème Quatrain)
- les nombreux aspects négatifs de Paris comme la pouvreté, la criminalité et la couardise (1er Tercet)
- les différents bruits urbains (2ème Tercet)
2) A’ la fin de la poésie, depuis une longue description impersonnelle, le poète s’adresse directement aux lecteurs pour demander leur avis et pour les étonner en allant à la rencontre de leur besoin de nouveauté et des leurs attentes.
Analyser
2) Dans le dernier vers du sonnet, le poète, avec cette phrase interrogative, joue sur l’effet de l’imprévu pour susciter de l’étonnement entre le public en se servant d’une forme dialogique et semblable au parlé, mais aussi pour adresser l’attention sur leur opinion.
La phrase interrogative posée à la fin, reflet un important aspect de la poésie baroque : la prédilection pour une forme ouverte et inachevé de l’œuvre qui permet au public de devenir le protagoniste et de choisir sa conclusion.
Scarron n’aurait pas obtenu le même effet en commençant son sonnet par le dernier vers parce qu’il n’aurait pas laissé libre espace à l’imagination des lecteurs mais depuis un question rhétorique il aurait répondu d’une manière satisfaisante avec la suivante énumération. Par contre, inversant les deux phrases dernières, la question n’aurait pas posé l’attention sur l’opinion des lecteurs mais sur la précédente description du poète et avec celle affirmation posée à la fin il aurait entendu dire que celle c’est la seule réalité vraie de Paris.
3) Dans ce sonnet le poète se sert souvent de répétitions et de jeux de mots. Pour mieux représenter la confusion de la ville et faire ressortir le caractère réaliste de l’oeuvre, il utilise un mélange de sons discordants et de nombreuses figures de rhétorique :
- 1er quatrain, il y a une allitération (ponts, palais, prisons)
- 2ème quatrain, il y a une forte insistance sur la lettre r (force, noirs, roux, grisons, prudes, perdues, meurtres, trahisons, crochues), l’anaphore et le poliptoto du « des » - « de »
- 1er tercet, il y a une autre anaphore du mot « maint » et du mot « qui », et une fréquent usage de la lettre r (poudré, argent, craint, sergent, fanfaron, tremble)
- 2ème tercet, il y a une autre allitération (carrosses, grand bruit)

4) Le ton du sonnet c’est tantôt burlesque tantôt mélancolique comme on peut déduire de l’usage de mots vulgaires comme crottes et de la solennité que soulignent le figures de rhétorique. On peut donc définir l’esprit de cette œuvre critique et anticonformiste.

Esempio