Moyen-âge

Materie:Appunti
Categoria:Francese

Voto:

2 (2)
Download:201
Data:13.03.2008
Numero di pagine:14
Formato di file:.doc (Microsoft Word)
Download   Anteprima
moyen-ge_1.zip (Dimensione: 18.88 Kb)
trucheck.it_moyen-+     72.5 Kb
readme.txt     59 Bytes



Testo

LE MOYEN-AGE
A. INTRO:
- LANGUE: On a une littérature populaire, donc il faut que le peuple comprenne : on utilise la langue vulgaire. L’ancienne française est divisée en : - langue d’Oc (dans le Sud de la France) ;
- langue d’Oïl (dans le Nord de la France). La littérature est orale parce que la majorité du peuple ne sait pas lire. On parlait la langue des places, rues, châteaux il y a qui parle. La langue est accompagnée par des musiques et des chants.
- CRéATEURS : Il y a simplement les titres, donc on a pas un auteur précise. Les troubadours et les trouvères vont modifier les histoires. L’idée de propriétaire littéraire n’existe pas dans le Moyen-âge. Par exemple la Chanson de Roland a plusieurs auteurs.
Les troubadours écrivent en langue d’Oc, les trouvères écrivent en langue d’Oïl. Les jongleurs interprètent les histoires des troubadours et des trouvères, eux aussi sont quelque sort de compositeurs. Les 3 sont des créateurs et des interprétateurs et ils amusent les personnes. Ils sont des artistes qui racontent, chantent, dansent et il font des spectacles. Ils ne sont pas indépendants, il doivent donner un’ image du seigneur pour le quelle ils travaillent. Quand les jongleurs écrivent quelque chose, ils la modifient toujours.
- LITTéRATURE POPULAIRE : On 3 genres : 1) Chanson de geste ; 2) Théâtre ; 3) Littérature satirique.
1) Chanson de geste : Est un’ épopée, un poème épique que raconte les actions héroïque des personnes importants qui vont être une légende. La matière principales sont les actions de Charles Magne et des rois en générale
Style : Les chansons sont accompagnées avec music. Les laisses (versi) sont longues et avec longueurs variables. Chaque laisse est un thématique et ils n’ont pas des rimes compliqués, ils utilisent l’assonance avec la répétition du même voyelle pour faciliter la mémorisation du jongleurs et pour la mémorisation et compression du peuple. … l’histoire ce concentre surtout sur l’action des héros qui on appelle le « Preux chevalier » et ils ont des qualités : force physique, courage, loyauté, générosité, sens du devoir e du sacrifice, ils n’ont pas peur de la mort. But : défendre son pays et son roi et sa foi. La Chanson de Roland a été écrit dans le 12 siècle ;
2) Le théâtre religieux : Surtout sur la vie des Saintes, c'est-à-dire la hagiographie. Le théâtre se début au intérieur des Eglises. Au début le théâtre est écrit en latin. Puis, quand le théâtre a commencé a débuter au dehors des Eglises, il est écrit en française.
On a 3 styles :- les « jeux » (12 siècle), nous les appelons pièce du théâtre, ils sont sur des épisodes de la Bible ; - les « miracles », vers le 14 siècle, raconte la vie des Saintes et de vie quotidienne qui se retrouve dans situations terribles… les mystères sont des drames … ils sont des pièces de théâtre parce ils sont longues et ils parlent de la passion de Jésus avec beaucoup d’acteurs ;
3) Littérature satirique : Elle est accoté de l’homme médiévale que aime rire et se moque. Elle est une branche comique de la littérature. Dans le « Roman de Renard », Renard est un renard méchant qui fait rire (Renard aujourd’hui proviens de cette histoire). Le « Fabliaux » est une littérature satirique.

-LITTéRATURE COURTOISE : Elle peut être la poésie. Dans le 12 siècle, on a dans les villes une certaine prospérité économique. Les seigneurs s’intéressent du poésie,
Les nobles veulent se distinguer du peuple avec cette idée de courtoisie.
La Fin Amors est l’ensemble de codes de cette littérature. Il y a :
- LA REINE : La dame, elle est supérieur, a beaucoup de vertus et elle se fait désirer par son amour. ;
- LE VASSAL : Le chevalier, il fait beaucoup d’actions pour mériter la dame et grâce a tous ses actions il va conquérir la dame. Il fait des PROVESSES= BONNES ACTIONS. Les chevaliers cherchent toujours de se dépasser pour avoir l’amour de la dame.
Il a les mêmes qualités du preux chevalier (bon, poli) mais il est aussi beau, jeun, délicat, noble de cœur et puis il donne importance à l’amour donc il sont qualités typiques de l’amour poli (cortese). Plus les obstacles sont grands entre femme et chevalier, et plus l’amour est grand et il n’est pas un amour platonique, il est adultère et il comprendre le cœur.
Le Lais de Marie de France, Tristan et Isotte : types d’histoires.
Puis elle est une passion divine, non humaine et l’amour poli est christianisé. Donc la dame devienne la Vierge. (Non pour arriver all’ amour de la femme mais pour arriver all’ amour vivante.)L’amour pour la femme est une dévotion à la Vierge Marie.

RENASSANCE
Il ne s’agit pas vraiment d’une.. Mais il y a plusieurs facteurs qui favorisent le passage du Moyen- âge a la Renaissance.
1) L’IMPREINERIE : permet une diffusion meilleur et mayeur. Il y a moins d’erreurs, on n’ajoute rien ;
2) LA LANGUE : il va s’unifier ; la langue d’oc devient un dialecte alors que la langue d’Oïl émerge donc on passe à l’ancien français ;
3) AUTEURS : il y a des noms qui émergent (François Villon). Les œuvres sont caractérisées par l’histoire et le style des auteurs. Emergent les idées personnelles : la personnalité.
Le métier de l’écrivant a plus de dignité, de place dans la société. Il devient plus important que le chevalier. Le poète est un mécène et il dépende d’un seigneur. Touts sauf Villon (Moyen-âge) et Montagne. L’écrivant veut instruire, conseiller nous et aussi amuser et plaire au publique. Il est à l’écoute de la société a la quelle il appartienne.
Un des grand buts : il voulaient faire du française une grande langue littéraire autre au latin, grec, italien.
LA RENASSANCE : RETOUR AU CLASSIQUE.

HUMANISME
15 siècle en Italie, se développe en France surtout au 16 siècle.
1) PASSION POUR L’ANTIQUITé : début d’une vision négative du Moyen-âge qui était l’ombre, la barbarie, un pont entre le monde antique et la renaissance.
- Retour aux testes originaux. Il est une recherche et imitation des manuscrits et leur traduction ;
- Enseignement du Latin et Grec pour imiter en Française ;
- Recherche ;
- Retour aux testes religieux originaux.

2) PHILOSOPHIE : se centre sur l’homme qui est au centre de la préoccupation, on s’oppose à la philosophie chrétienne du Moyen-âge. S’élève l’honneur de l’homme capable de dominer la nature et sa même grâce à son intelligence, il est un être de raison, on donne importance à ce que l’homme dit. REVOLUTION INTECCTUEL ET MORAL.
3) IDéAL DE LIBERTé : l’homme est libre de comprendre er juger par lui-même, il lit les testes par lui-même (sans traduction). Dans le Moyen-âge l’homme est soumis à l’autorité de Dieu et de l’église. L’humanisme a une très grave confiance en l’homme er son progrès.
4) PéTRARQUISME : Pétrarque est très important pour la littérature. Sa conception de l’amour avec une connotation divine, l’amour idéal et spiritual.
5) NèO-PLATONISME : retour à la pensée de Platon : le bon, le beau, le bien, le vraie. Les penseurs vont christianiser ces pensées. On a 3 idées toutes ensemble : DIUEX. L’ouvre d’art en général doit servir à retrouver dans la réalité, la beauté qui donnera l’idée de la beauté absolue.
6) RABELAIS : un des auteurs de la Renaissance. L’écrivant du RIRE (son caractère principal), humaniste et médecin. Il écrit des récites. Le style est ce de la FARSE. Il faut passer son idéologie sur l’époque sérieuse. Le RABLAISIEN est celui qui aime une littérature joyeux. Il écrit sur les géants (giganti) et il raconte ses aventures.
7) LA PLEIADE : group de poètes importants. D’abord il s’appelait Brugard. Un group des jeunes qui se rencontre à Paris autour de Ronsard. Ils découvrent la littérature grecque, latine et italienne. Ils admirent les italiens parce qu’ils ont réussi à construire une littérature national. Ils aiment surtout le sonnet. Le but principal est : défendre le française comme une langue littéraire. Ronsard est le prince des poètes, il décide d’appeler le group la PLEIADE en 1556. Les pléiades sont 7 étoiles de la constellation et il y avait 7 poètes, aussi les poètes s’appelaient comme ça.
A’ l’époque imiter était possible et cela était la preuve que leur langue avait toutes les capacités des autre langues. Le travaille de LA PLEIADE est très important pour la langue française.
8) JOACHIM DUBELLAY : on l’appelle «le poète de la nostalgie ». Son but : enrichir la langue française, en créant des nouveaux mots à partir du latin. On privilège le sonnet comme on a fait les autres écrivains. Ses livres ;
- Défense et illustration de la langue française ;
- L’Olive : imitation du « Canzoniere » de Pétrarque pour Laura. Olive est une femme, cet ouvre est plus personnelle et plus simple ;
- Les regrets : ouvre plus personnelle.
9) PIERRE DE RONSARD : poète official de la nature et de l’amour. Il parle de la vie, la mort, l’angoisse, la peur. Ses œuvres :
- Les Odes : ligne d’imitation de Pétrarque. il recréera le prestige du française ;
- Les sonnets pour Hélène: libre de conventions;
- Franciade : épopée sur la France.
10) MONTAIGNE : Il est un auteur indépendant et il écrit ouvres personnelles. Il a écrit un seul livre très long :
- Les Essayes : il a revu plusieurs fois et il a rajouté des chapitres. Donc il y a plusieurs versions.
Il a aussi écrit un ouvre philosophique en française :
- Je suis moi-même la matière de mon livre : où il parle de lui-même et il cherche de s’analyser pour mieux se comprendre. Il veut parler de l’homme et cela est une méthode pour mieux comprendre l’homme en général. A travers ces expériences il va donner des leçons à l’humanité. Il dialogue avec des grands antiques et ils parlent de l’amour, mort, amitié, vieillesse, nouveaux mondes. Petit à petit vers la fin il va devenir moins dépendent de l’antiquité et de la pensée des grands auteurs. Il va se baser sur ses idéologies. Il est un auteur septique. Il faut partie du HUMANISME RADICAL :il veut chercher la réponse seulement en lui, il ne veut pas des divinités. L’humanisme radical devient très important pour les penseurs suivants. C’est un méthode expérimental et il ouvre à la philosophie moderne.

17 SIECLE
1ère moitié.
1) PRECIOSITé : touche le monde social et littéraire et intéresse les classes plus élèves. Cela se développe dans les salons. Les salons les plus importants sont : de Madame Scoudérie et de Madame de Rambouillet.
A- CARACTèRE : recherche de bon goût, de l’élégance. Tout est conventionnel : le pudeur, la discrétion, la galanterie.
B- ELOIGNMENT (lontananza) DE TOUT CE QUE C’EST CORPOREL : considéré vulgaire (on remplace les mots vulgaires) et on utilise des métaphores.
POUR : on a plus mots ; CONTRE : c’est ridicule, on abuse de cela. Es. Il pleut : le troisième élément tombe.
C- CONVERSATION : on parle en faisant des jeux des paroles. Ce sont surtout les femmes qui organisent ces choses dans les salons et elle parle de : droit du divorce et célibat.
2) LA RAISON ET LA FOI :
A- DES CARTES : « La discussion de la méthode » une autobiographie philosophique sur son chemin intellectuel. Il commence par : je doute donc je pense donc je suis. Son but est arriver à la connaissance par la raison.
B- JANSéNISME : la théorie de la prédestination. S’oppose aux Jésuites. Dans l’incertitude on doit être un exemple. L’homme est mauvais mais il doit chercher ca même de vivre bien. PASCAL a défendu le Jansénisme et il a influencée beaucoup d’écrivains comme Racine. Le première monastère qui se développe est Port- Royal.
C- LE COURANT LIBERTIN : ils ne croient en rien, pas de dieux. Donc :
- Ils se révoltent contre la vie traditionnelle ;
- Ils reflètent le mode de vie épicurien et sont septiques.

2ème moitié.
LE CLASSICISME.
REIGNE LE ROI SOLEIL.
La politique et l’art, la littérature ont des idées classiques :
- Equilibre et mesure ;
- Goût de la perfection, recherche du bon goût ;
- Raison ;
- Clarté et précision, nécessité des règles ;
- Recherche de la pureté et du nature ;
- Model antique.
Cela est une réaction à l’époque précédente et cela va contre l’imagination.
Il y a la figure de l’honnête homme : équilibré, mesuré, essaye de suivre la raison et il est plus raffiné et agréable. Il fréquent aussi la court, il est élégant et il a bon goût.
1624 Richelieu fonde l’ACCADEMIE FRANCAISE où on donne les normes du correct français. Un écrivant est François Malhebe. On conserve de la langue ce qui est clair, simple et on élimine les mots pas connu. Donc la syntaxe a des règles plus simples.
Autour du Paris il y a l’UNIFORMISATION.
1) POéSIE CLASSIQUE : a le but de s’étendre à l’universalité en imitant des classiques qui ont déjà réussi. Il n’y a pas d’émotions.
- L’art poétique : poésie qui donne les règles pour faire des bonnes poésies. Un documentation théorique :
- On rejette l’ancien ???? de la langue ;
- D’abord la raison ;
- Implique beaucoup de travail ;
- Il n’y a pas d’émotion.
2) LE THEATRE : Ale but de magnifier. Un des concepts est la DRAMMATURGIE. Le modèle est la poétique s’Aristote :
- Importance des règles pour arriver à la beauté de l’œuvre ;
- La ressemblance, être crédible dans la scène ;
- Bien séance : la politesse, attitude de poser des contacts corporelles entre les acteurs ;
- Les 3 unités : lieu, temps, action.
LIEU : les personnes ne peuvent pas s’éloigner (allontanarsi)beaucoup. Il y a très rarement de la nature ;
TEMPS : l’histoire dure maximum 24 heures, le but est de donner une ressemblance avec le temps de la réalité. L’histoire doit correspondre avec le temps de la réalité.
ACTION : pauvre. Il n’y a pas beaucoup des scènes.
- Le langage n’est pas concret mais très abstrait ;
- L’homme se retrouve seul … ;
- Dans le BAROQUE il y a les déguisements (maschere) ;
- A’ Versailles il y avait des théâtres.
PIERRE DE CORNEILL : pas classique au 100%. Il écrit à propos de Louis 13 et 14. Il est entre baroque et classicisme. On parle de théâtre de la gloire, héroïsme, grandeur.
- D’un côté il a eu beaucoup de gloire. De l’autre côte il a été critiqué parce qu’il ne respect pas toutes les règles, il m’est pas du tout antique ;
- Il écrit une tragédie sur l’histoire romaine et grecque et classique. Il écrit « le Cid » qui parle de la tradition d’Espagne ;
- Il parle du CONFLICT CORNEILLEN : la plus part des pièces sont basées sur le dilemme entre amour et honneur.

RACINE : il est classique au 100 %, il a une grande culture grecque et classique en général.
- Il écrit seulement des tragédies ;
- Les personnages sont nobles, aristocrates avec un destin exceptionnel ;
- Il est admis à la court de Louis Vuitton 14 à Versailles et il devient un historiographe ;
- Il respect les règles classique ;
- Les thèmes : conflit intérieur, honneur-passion, destin.

MOLIèRE : il n’est pas un classique mais souvent il ne respect pas la règles de 3 unités.
- Il est comique, il n’écrit pas de tragédies ;
- Les personnages sont bourgeois, dans un contexte moderne ;
- Il était auteur mais aussi acteur, directeur de la troupe officielle du roi à Versailles ;
- Il faut un tableau précis du 16 siècle et une peinture de l’homme et de la société ;
- Il a beaucoup de succès aussi maintenant ;
- Très important est la côté de la fars ??. il fait une peinture des personnages qui sont des types d’homme. Ex. le malade imaginaire. La peinture de la société est fait en mettant en relief les points négatifs : la tyrannie des pères, la vanité, l’ hypocrisie sociale, la préciosité, la fausse dévotion.
Il a écrit : l’école des femmes ; le bourgeoise….

3) LES MORALISTES (diverso da les moralisateurs)
Ils analysent et découvrent les usages, costumes er leur but : souligner les faut de l’art contemporaine. Ils ne donnent pas de règles de conduite.
LA FONTAINE : la fable comme genre littéraire, à travers les animaux il dénonce les vices des hommes.
CHARLES PERAUT : le conte, genre très populaire, il a beaucoup de succès.
DE LA ????: le portrait de l’homme et des types d’homme.
LA ROCHEFOULAND : maximes.
BOSSUET : sermonnes en publique, un prédicateur.

4) QUERELLE DES ANCIENS ET DES MODERNES
Dispute qui commence en 1687 entre Boileau et Perrault donc l’ancien et le moderne ; et qui continue jusqu’au 1710.
Au départ cela est lancé par Perrault. Il pense que les anciens sont supérieur sur les modernes. Les modernes pensent d’avoir supèré les anciens. Ils ont une idée de progrès et évolution dans les arts et la littérature.
Les anciens disent que le progrès n’est pas possible dans l’art. il y a un beau absolu qui doit être imité.
Les modernes pensent que le présent peut juger le passé et pas simplement être soumis. L’importance de cette critique et de la vision et de la vision de l’histoire est grande dans le progrès.
Quand les modernes gagnent (vincono) il y a la fin du classicisme.

18 SIèCLE
Le siècle qu’on appelle LES LUMIèRES.
Les trois choses très importants sont :
- Philosophie ;
- Encyclopédie
- Lumières.
On est dans un siècle d’effervescence, de savoir. Les idées à petit à petit vont donner les idées de la révolution. On lutte dans toutes les domaines (dominio) de la raison, philosophie et savoir scientifique.
Le but est de changer la société.
La figure principal est l’Écrivant PHILOSOPHE, il y a un rapport étroit (ristretto) entre philosophie, raison et art. cela est aussi le siècle de la bourgeoisie par rapport à la noblesse du point économique et social. Ils combattent :
- Pour la liberté des pensées sur toutes les domaines et surtout par rapport à l’église ;
- Pou la justice : ils condamnent l’esclavage, la torture et les arrestations injustes ;
- Contre la monarchie absolue du roi divin. On va avoir des écrits avec des réflexions sur l’état. Parce que la monarchie absolue est liée au catholicisme et ça corresponde à la disparition de l’idéologie classique.
il y a la diffusion de ces idées, une très grande circulation des livres malgré la grande censure et on publie les livres à l’étranger.
Il y a même le journalisme sous forme de revue et en plus il y a nouvelle forme de littérature à travers la quelle les penseurs diffusent leurs pensées avec des histoires.
1) ENCYCLOPéDIE : écrit pas DIDEROT et D’ALLEMBERT et plus de 150 collaborateurs, les plus grands écrivains françaises. Il y a 17 volumes collectives et on a travaillé sur cette œuvre pour 22 ans. Aussi MOLIèRE et MONTESQUIEU ont contribue à l’encyclopédie.
On réponde à la demande du publique et ça a été critiqué par les religieux qui ont nié la possibilité de la publier. Les religieux se sont fâchés (arrabbiati) parce qu’ils met au centre de tout Dieu tandis que l’encyclopédie met l’homme au centre de la réflexion. Elle est composée avec le système de RENVOIE. Donc on renvoie (rinvia) d’un chapitre qui lui intéressent, ceux qui ont un titre qui pourrait condamner l’église. Donc sur les chapitre avec ces titres ils n’ont rien écrit mais il renvoient à un autre chapitre où ils expliquent ce qu’ils ne peuvent pas écrire dans les autres.
Le but est :
1) Le bonheur de l’homme ;
2) Être contre les prêtes et les miracles mais (da qua non sono sicura di sta frase) ils ne peuvent pas le lire attendu ;
3) La politique, pas révolutionnaire, seulement un monarchie plus parlementaire.
Rousseau veut une république.

2) Théâtre.
Etait très important dans le 17 siècle, donc maintenant est difficile de dépasser les écrivains du 17 siècle.
En puis l’amante du roi Louis IV était très religieuse.
A la mort du roi, des philosophes et des écrivains ont écrit des pièces de théâtre. Deux nomes qui restent sont :
a) Marivaux
b) Beaumarchais
Le deux sont critiques, ils font passer les problèmes sociaux en intervenant sur la conscience de lecteurs.

a) Très délicat, raffine sur le langage et les personnages. L’amour est différent, n’est plus passion mail il change, il varie, il est inconstant et se reflète sur le langage. On parle de Marivolage : recherche de raffinement sur le point de vu du langage et du comportement. Il y a un jeu de séduction. Il écrit : « Le jeux de l’amour et de l’hasard »
b) Pas délicat, plus satirique, même si les intrigues sont traditionnelles. Il dénonce les abus de la société, il ridiculises l’église, la corruption, le pouvoir et la censure. Il écrit : « Le barbier incivil » et « le mariage de Figaro »
c) Un 3eme est Diderot : inventeur du théâtre, du DRAMME BOURGOIT. Il n’y a pas les aristocrates et pas de gens du peuple. Il est très moralisant. L’idéal est quel la moral se fond sur l’évolution. Le gendre est trop moralisât et il desperado vite, il vivant remplace par la dramaturge romantique.

3) Le Roman
Il s’agit d’un genre très quintette : il n’existe pas de règle esthétique, en plus il est accuse de se tromper, qu’Ill haïsse la réalité. Beaucoup aiment écrire en romantique, mais ils ont honte donc ils écrivent une fiction en faisant croire que s’agite d’une histoire vraie. Ils utilisent :
a) les mémoires : font croire qu’on parle de réalité
b) romans épistolaires : lettre. L’amateur est l’éditeur
c) manuscrit : qu’on a trouve
Apres la peur romantique il y a les voyages : récites d’aventures de personnages dans de lieux azotiques.
Il y a la mode de l’Oriente.
Ils font venir des étrangers en France et ils parlent de la vérité avec sympathie mais sans les ridiculiser.
On confronte des autres organisation sociales : le commerce, l’artisanat, les paysans, des situation plus simple ou l’héro est un homme normal.
Ils donnent des idées philosophiques et le publique est plus vaste. Ils donnaient à travers l’histoire des idées révolutionnaires.
d) Roman Libertin : manière de vivre conte les conventions sociales
e) Sade : homme désespère, la perversion de l’homme. Cela vient du Marchus de Sade.
4) Grandes figures philosophiques
Montesquieu : lit le voyagé beaucoup. Il parle de pays qu’il voit et il confronte les autres avec la France.
Il écrit « Les lettres persiennes », des lettre entre des personnes qui arrivent a Paris et qui trouvent une société différent de leur. A' travers eux il critique la France, il se cache derrière les personnages
« L’esprit de lois » ou condamne les tribunaux catholiques, l’intolérance. Il se cache derrière un écrivain juif qui veut la tolérance religieuse. Il décrit les lois qu’il voudrait pour protéger l’homme et le rendre heureux.
Il y a un premier ouvrage de la scène politique qui porterait à la révolution.
Voltaire : il est dramaturge. Il voyage en Angleterre ou le monde est différent. Ce pays devient le symbole de la liberté.
Il écrit « Les contes philosophiques » ou il y a une discussion sur les idéaux philosophique.
Les contes sont basés sur les voyages, personnages symboliques, extraordinaires, qui fon ou voyant de choses symbolique que le lecteur doit interpréter.
Il utilise l’ironie : il dit le contraire de ce qu’il pense.
« L’ingénue », « Le Candide »
Diderot : il invente le théâtre de l bourgeoisie
Il écrite « La religieuse » où il 4st critique contre l’église. Dans « Jaques le fataliste » il soutienne : le bonheur de l’homme, la politique, il est vraiment athéiste et naturaliste.
Rousseau : Il écrit le « contrait social » une réflexion morale. Le concept principal est l’illégalité entre les hommes due à l’organisation sociale.
Il faut donc un projet de société base sur un pacte d’association entre les hommes.
Ils doivent renoncer librement ° leur droits et se mettre libera ment à la volonté général. En retour de cela, on doit protéger la personne et ses biens. Le gouvernement est serviteur du peuple.
L’homme n’est heureux et bonne que à l’état de nature et c’est la société qui fait souffrir-le et qui le rende mauvais et méchant.
Rousseau développe un autre projette, sur l’éducation : l’enfant doit être éduqué en suivant des règles naturelles. « L’Emile ».
Important son les travaux manuels pour l’enfant. Il fait une révolution. L’enfant n’est plus seulement un future adulte.
Il écrit « les confessions », une biographie, la première dans l’histoire française.
Le but principale est parler de soi, il s’agit de la description d’un mal intérieur.
Il est très critique par ses contemporaines (Molière) et au début il cherche de se défendre et de trouver une réponse à cette suffisance. Il :
a) annonce le romantisme
b) prépare à la révolution française
La nature st le miroir de l’homme ; toutes les souffrances trouvent une tranquillité dans la nature.

Esempio