MARSEILLE

Materie:Appunti
Categoria:Francese

Voto:

2 (2)
Download:120
Data:23.01.2006
Numero di pagine:3
Formato di file:.doc (Microsoft Word)
Download   Anteprima
marseille_1.zip (Dimensione: 4.96 Kb)
readme.txt     59 Bytes
trucheck.it_marseille.doc     24.5 Kb



Testo

MARSEILLE
Marseille est orgueilleuse d’être la plus ancienne ville grecque d’Occident. Fondée en 600 av. J.C., elle fut nommée Massalia ou Massilia et à leur tour ses habitants fondèrent Nice, Antibes, Saint-Tropez…
Aujourd’hui c’est le premier port de France, centre industriel et commercial d’importance internationale. Pour connaître le vrai Marseille il suffit de prendre un Pastis dans un bar ou une bouillabaisse dans un restaurant de la Canébière et d’écouter l’accent chantant de ses habitants.
La pétanque est née vers 1910 en Provence. Ce jeu de boules derive son nom du provençal “pièd tanco”, pieds joints, fixés au sol. Partout, en Provence, on passe un peu de temps à “pointer” le “cochonnet”. En plein centre de Marseille les ruelles, les maisons et les gens du quartier Panier ont conservé le caractère méditerranéen d’un village de pêcheurs. Marseille grouille comme un vivier d’un monde multicolore et cosmopolite. Il y a encore des marchands orientaux, grecs, arméniens, qui font du quartier de la rue Longue un reliquaire de tous les parfums de la terre.
Marseille produit son savon “de Marseille”, ses huiles, son pain appelé fougasse, sa bouillabaisse, plat à base de poissons.
GRASSE, CAPITALE MONDIALE DE LA PARFUMERIE
Carrefour entre la Mer et la Montagne vous attend
Au bord du Petit Train, une promenade commentée de 45 minutes vous fera découvrir cette magnifique cité au passé historique… Vous apprécierez “la Place aux Aires” avec sa fontaine Lous XV, ses “Arcades” et le matin son traditionel “Marché aux Fleurs”.. Puis vous emprunterez “les Anciens Remparts” qui vous conduiront jusqu’au “Parc de la Princesse Pauline”, située à 423 m d’altitude, en passant par différents sites pittoresques…
Sur les hauteurs, le Petit Train fera une halte de sept minutes. De là vous contemplerez Grasse, ainsi que sa campagne s’étageant à la manière florentine jusqu’à la mer.
LA PARFUMERIE FRAGONARD
Les locaux actuels ont abrité dès leur origine une fabrique de parfumerie qui date de 1782 et compte parmi les plus anciennes de la ville.
Appelée d’abord: Etablissement Mottet puis Etablissement Cresp-Martinenq, c’est Monsieur Eugène FUCHS (1863-1940) qui leur a donné, immédiatement après la première guerre mondiale, le nom de Parfumerie Fragonard, en hommage à la grande famille grassoise: FRAGONARD.
On retrouve en effet, au XVIIe siècle, parmi les gantiers-parfumeurs de Grasse, François FRAGONARD, qui sera le père du célèbre peintre du roi, Jean-Honoré FRAGONARD, né à Grasse en 1732.
A l’heure actuelle, la Parfumerie Fragonard appartient toujours à la même famille et est dirigée par deux des petits-fils de Monsieur E. FUCHS.
BREF HISTORIQUE DE LA PARFUMERIE A GRASSE
Dès le Moyen-Age, Grasse est un important centre économique:la présence de tanneries produisant des peaux de qualité exceptionnelle la font connitre dans toute l’Europe.
Au XVIe siècle, deux faits donnent naissance à la Parfumerie Grassoise: la vogue des gants parfumés introduite par Catherine de Médicis et la culture des plantes aromatiques qui fournissent aux tanneries les matières premières pour parfumer le cuir.
Les gantiers-parfumeurs au début du XVIIIe siècle, séparés petit à petit des tanneurs, obtiennent en 1729 du “Parlement de Provence” des statuts bien définis.
Au XIXe siècle, Grasse connaît un grand développement et devient sous le Second Empire une importante capitale industrielle.
Aujourd’hui aux parfums et aux savons viennent s’ajouter les essences pour cosmétiques et arômes alimentaires. L’industrie ne cesse de progresser et fait vivre la ville entière ainsi que les villages avoisinants.
LA MUSE DES ARTISTES
Elle les a tous séduits et subjugués: peintres, poètes, philosophes romanciers, musiciens, photographes et cinéastes… Tous ont chanté la pureté de sa lumière, l’exubérance de sa végétation, le bouquet poivré de ses odeurs, la chaleur de ses nuits.
“Les jours se succèdent ici d’une beauté que je qualifierais d’insolente. Je n’ai jamais vu d’hiver d’une perfection si constante”, écrivait en 1883 Nietzsche à sa soeur.

Esempio