La poésie de Hugo

Materie:Appunti
Categoria:Francese

Voto:

2 (2)
Download:103
Data:21.06.2005
Numero di pagine:3
Formato di file:.doc (Microsoft Word)
Download   Anteprima
poesie-de-hugo_1.zip (Dimensione: 3.45 Kb)
trucheck.it_la-po+     21.5 Kb
readme.txt     59 Bytes



Testo

Victor Hugo est l’un des monuments principaux de la littérature française en raison de l’impressionnante abondance de l’oeuvre, mais aussi de la diversité des genres qu’il a explorés (roman, théâtre, poésie, récits, essais, etc).
Victor Hugo est conscient de son rôle d’inspirateur: par son engagement politique d’abord, qui lui a valu, de 1850 à 1870, sous le règne de Napoléon III, vingt ans d’exil dans les îles de Jersey et Guernesey, au large des côtes de Normandie; par sa conviction ensuite que le poète a une mission à remplir, celle d’éclairer le peuple, qui vit sous la domination des oppresseurs au pouvoir.
L’oeuvre romanesque de Hugo s’ouvre avec Notre Dame de Paris (1831), qui rencontre un très grand succès populaire à l’époque. Avec Claude Gueux (1834), son roman suivant, puis les dix tomes des Misérables en 1862, Victor Hugo se pose en défenseur et se fait la voix du petit peuple et des pauvres, fait unique dans la littérature française jusque là, dont les thèmes (aussi bien que les acteurs) semblaient limités aux mondes de l’aristocratie et de la bourgeoisie. D’une certaine manière, Victor Hugo incarne les changements profonds qui se produisent dans la societé française de l’époque, avec en particulier l’accès à la littérature des masses populaires.
La poésie de Hugo est une gigantesque incantation au mystère de la création, à son génie. Elle célèbre aussi la divinité de la nature et l’impuissance fondamentale de l’homme au sein de cet univers qui le dépasse. Quoique souvent caractérisé par de longs développements, le style de Hugo est inspiré, et ses inventions puissantes. Les images, les associations substantifs/qualificatifs ("l’horreur des forêts formidables"), le rythme, le patient travail sur les assonances sont impressionnants. Ce qui frappe en lisant Hugo, c’est qu’une telle abondance du verbe, une telle prolixité dans la création littéraire puissent encore paraître naturelles.
L’oeuvre de Hugo est ainsi une vaste tentative de retracer l’épopée humaine par le roman (Notre Dame de Paris, 1831; Les Misérables, 1862), le théâtre (Cromwell, 1827; Hernani, 1830), la poésie (Les Châtiments, 1853; Les Contemplations, 1856; La Légende des siècles. 1859), "afin de présenter la marche du mal au bien, de l’injuste au juste, du faux au vrai, de la pourriture à la vie, de la bestialité au devoir, de l’enfer au ciel, du néant à Dieu" (Les Misérables).

Victor Hugo est l’un des monuments principaux de la littérature française en raison de l’impressionnante abondance de l’oeuvre, mais aussi de la diversité des genres qu’il a explorés (roman, théâtre, poésie, récits, essais, etc).
Victor Hugo est conscient de son rôle d’inspirateur: par son engagement politique d’abord, qui lui a valu, de 1850 à 1870, sous le règne de Napoléon III, vingt ans d’exil dans les îles de Jersey et Guernesey, au large des côtes de Normandie; par sa conviction ensuite que le poète a une mission à remplir, celle d’éclairer le peuple, qui vit sous la domination des oppresseurs au pouvoir.
L’oeuvre romanesque de Hugo s’ouvre avec Notre Dame de Paris (1831), qui rencontre un très grand succès populaire à l’époque. Avec Claude Gueux (1834), son roman suivant, puis les dix tomes des Misérables en 1862, Victor Hugo se pose en défenseur et se fait la voix du petit peuple et des pauvres, fait unique dans la littérature française jusque là, dont les thèmes (aussi bien que les acteurs) semblaient limités aux mondes de l’aristocratie et de la bourgeoisie. D’une certaine manière, Victor Hugo incarne les changements profonds qui se produisent dans la societé française de l’époque, avec en particulier l’accès à la littérature des masses populaires.
La poésie de Hugo est une gigantesque incantation au mystère de la création, à son génie. Elle célèbre aussi la divinité de la nature et l’impuissance fondamentale de l’homme au sein de cet univers qui le dépasse. Quoique souvent caractérisé par de longs développements, le style de Hugo est inspiré, et ses inventions puissantes. Les images, les associations substantifs/qualificatifs ("l’horreur des forêts formidables"), le rythme, le patient travail sur les assonances sont impressionnants. Ce qui frappe en lisant Hugo, c’est qu’une telle abondance du verbe, une telle prolixité dans la création littéraire puissent encore paraître naturelles.
L’oeuvre de Hugo est ainsi une vaste tentative de retracer l’épopée humaine par le roman (Notre Dame de Paris, 1831; Les Misérables, 1862), le théâtre (Cromwell, 1827; Hernani, 1830), la poésie (Les Châtiments, 1853; Les Contemplations, 1856; La Légende des siècles. 1859), "afin de présenter la marche du mal au bien, de l’injuste au juste, du faux au vrai, de la pourriture à la vie, de la bestialité au devoir, de l’enfer au ciel, du néant à Dieu" (Les Misérables).

Esempio