L'industria francese

Materie:Tesina
Categoria:Francese

Voto:

1.5 (2)
Download:215
Data:14.02.2007
Numero di pagine:19
Formato di file:.doc (Microsoft Word)
Download   Anteprima
industria-francese_1.zip (Dimensione: 524.55 Kb)
trucheck.it_l-industria-francese.doc     587.5 Kb
readme.txt     59 Bytes



Testo

L’INDUSTRIE FRANCAISE
La France est aujourd’hui la 4ème puissance industrielle au niveau mondial, après les États-Unis, le Japon et l’Allemagne.
Après des années 60, l’industrie française subit le contrecoup de la crise énergétique mondiale qui frappe des secteurs essentiels. Pour surmonter ces difficultés et contrecarrer la concurrence des autres pays industrialisés, où la main-d’œuvre est à bas prix, une restructuration s’impose avec la modernisation des structures, la fermeture drastique et douloureuse d’usines peu concurrentielles. Malgré ses faiblesses, l’industrie française reste un secteur essentiel dans la compétition internationale.
L’IMPORTANCE DE L’INDUSTRIE
L’industrie, qui n’emploi que le quart de la population active, reste cependant le principal facteur d’indépendance économique. L’industrie reste le principal moteur de la croissance globale par les effets d’entraînement qu’elle exerce sur la plupart des autres activités économiques.
La société et l’économie françaises ont connu depuis les années 60 de prodigieux bouleversements. Le passage d’une agriculture paysanne à une exploitation industrielle de la terre, la disparition et la mutation de certains secteurs industriels, l’incessante croissance des activités de service : autant d’évolutions qui ont transformé un pays où le peuple des ouvriers et paysans était majoritaire et changé le visage d’un territoire encore largement rural.
LA DIVERSITÉ DE L’INDUSTRIE FRANCAISE
À côté d’une foule de P.M.E. (petites et moyennes entreprises) il existe de grandes industries qui contrôlent la moitié de la production française. L’ouverture de l’économie française au marché mondial a eu pour conséquence la pénétration de groupes étrangers dans son système productif. Inversement, l’industrie française est présente dans le monde par ses investissements, et les filiales industrielles des sociétés françaises dans le monde emploient près d’un million de personnes.
DIFFÉRENCES RÉGIONALES
Les industries ne sont pas uniformément distribuées sur le territoire français, mais elles se situent pour la plupart au Nord-Est. Dans cette partie de la France se trouvent les grandes régions industrielles : la région parisienne, la région lyonnaise, le Nord, la Lorraine, la Basse-Seine, l’Alsace et la région marseillaise.
À l’intérieur de cette France industrielle, on distingue toutefois des réalités différentes :
- les vieilles région industrielle du Nord et de la Lorraine, très spécialisée dans l’industrie lourde et la sidérurgie en particulier.
- la région parisienne, est le véritable cœur industriel de la France, avec un quart des actifs et la moitié du chiffre d’affaires du secteur.
- Paris, apparaît comme un énorme foyer industriel ; on y trouve la majorité des siéges sociaux des entreprises françaises.
- la région Rhône-Alpes, est devenue, grâce à son dynamisme et à son abondance énergétique, le deuxième foyer industriel du pays.
- dans l’Ouest, les zones d’industrialisation diffuse sont rares ; les industries sont regroupées autour de quelques pôles de concentration, localisée dans les estuaires ou dans les villes qui ont profité de la décentralisation.
LES NOUVEAUX FACTEURS DE LOCALISATION DE L’INDUSTRIE
Les investisseurs ne s’intéressent plus à la proximité de l’énergie, ni à la masse de main-d’œuvre disponible, mais à la qualité de l’environnement et des services offerts par les villes et aux facilités de transport.
- dans des premières temps, l’utilisation de gros ordinateurs a favorisé une grande concentration dans le centre-villes de bureaux d’affaires et de gestion.
- dans un second temps, la miniaturisation des ordinateurs a favorisé une dispersion des bureaux dans le périurbain et encouragé le développement de lotissements périphériques autour des laboratoires et centres d’innovation, de documentation et de gestion.

CRISE ET RESTRUCTURATION DES INDUSTRIES TRADITIONELLES
LA SIDÉRURGIE
La sidérurgie est fondamentale dans l’activité industrielle puisq’elle fournit les bases aux industries de transformation telles que l’automobile et la mécanique. Depuis la fin du XIXème siècle, les industries sidérurgiques étaient localisées dans le Nord et en Lorraine, en raison des mines de fer et de charbon. Le 2/3 du potentiel sidérurgique est produit sur l’eau ; il y a deux grands complexes maritimes :
- Dunkerque, sur la mer du Nord.
- Fos, en Méditerranée.
En Lorraine on ne coule plus que 25% de l’acier national. Après tant de difficultés, la sidérurgie française réussit enfin à être compétitive et la balance commerciale est positive.
L’INDUSTRIE TEXTILE
L’industrie textile a joué un rôle important dans l’industrialisation de la France mais la crise a provoqué des difficultés surtout de deux facteurs :
- la concurrence des pays du Tiers Monde, où les prix des matières et les salaires sont bas.
- le morcellement des entreprises, qui ont des difficultés d’investissement et de modernisation.
Pour y faire face, plusieurs voies ont été tentées :
- la concentration des entreprises, avec la création de grands groupes.
- le recours à des techniques automatiques, qui entraînent une suppression d’emplois.
- la délocalisation des usines.
- des accords de protection, avec les autres pays européens pour freiner la concurrence des importations des pays en voie de développement.
La balance commerciale nationale est aussi gravée par l’importation quasi totale des matières premières.
Les industries textiles sont surtout installées dans la région du Nord et de l’Est du pays :
- le Nord, est la première région textile grâce à la variété de ses fabrications et à la présence des grands de la vente par correspondance.
- la région lyonnaise, détient le monopole des soieries et la grande majorité des usines textiles chimiques.
- la région parisienne, lieu privilégié de la haute couture de réputation internationale ; est un secteur rémunérateur mais qui touche une clientèle limitée.
LES INDUSTRIES EN MUTATION

LES INDUSTRIES CHIMIQUES
C’est le plus complexe des secteurs industriels. La chimie de base est une industrie lourde qui comprend deux secteurs :
- chimie minérale, localisée sur les lieux d’extraction (Nord, Lorraine, Alsace, région de Lacq) et sa place est actuellement marginale.
- chimie organique, localisée surtout dans les ports d’importation (Basse-Seine, Étang de Berre) ou le long de l’oléoduc sud-européen Fos-Strasbourg (région lyonnaise en particulier).
Pendant les années 80, l’industrie chimique s’est profondément transformée pour faire face à la concurrence des pays étrangers fornuissant des produits de base à des prix très bas.
La chimie fine résiste mieux à la concurrence puisq’elle exige un personnel hautement qualifié et des investissements pour la recherche. Les secteurs les plus dynamiques sont surtout :
- la pharmacie, la branche pharmaceutique est localisée essentiellement dans la région parisienne et dans la région lyonnaise ; les groupes importants sont : Roussel-Uclaf et Rhône-Poulenc.
- la parfumerie, est localisée surtout à Paris et sur la Côte d’Azur et à Grasse.
- le cosmétiques ont dominé par l’Oréal, firme multinationale, qui réalise 2/3 de son chiffre d’affaires à l’étranger.
L’INDUSTRIE AUTOMOBILE
C’est l’un des secteurs clés de l’industrie française pour la main-d’œuvre qu’elle emploi et pour les différents secteurs en amont (sidérurgie, verrerie, textile, électronique) et en aval (pneus, assurances, accessoires). Elle exporte prés de 60% de sa production. Pour faire face à la concurrence étrangère, les constructeurs françaises ont été obligés d’automatiser la production et de déplacer des usines à l’étranger.
Cette stratégie a été suivie aussi par Michelin numéro un mondial des pneumatiques, installé à Clermont-Ferrant, qui produit 80% de ses pneus à l’étranger.
Deux grands groupes, devenus des multinationales, se partagent les secteurs :
- la Renault, nationalisée en 1945 et partiellement privatisée actuellement.
- le groupe privé Peugeot S.A. qui a absorbé Citroën et Chrysler-Europe.
Installée d’abord dans la région parisienne, l’industrie automobile s’est progressivement déconcentrée ; aujourd’hui un salarié sur deux seulement est dans la région parisienne.
L’INDUSTRIE DE L’ALUMINIUM
L’industrie de l’aluminium a subi la concurrence des pays disposant d’électricité bon marché ; mais, au début des années 90, elle retrouve un nouvel élan grâce à l’usine Pectine de Dunkerque construite en 1991. Cette usine détient le quasi-monopole de la production nationale. L’extraction du minerai de base pour la fabrication de l’aluminium est la bauxite.

LES INDUSTRIES DE POINTE
Les industries récentes se caractérisent par l’emploi de technologies avancées et de main-d’œuvre hautement spécialisée. Elles sont d’importance vitale dans l’économie française, en raison de la concurrence subie actuellement par les industries traditionnelles.
L’INDUSTRIE AÉRONATIQUE ET SPATIALE
Cette industrie, la 3ème du monde, emploie un personnel très qualifié ; son activité est à a fois civile et militaire et elle réalise près de 2/3 de son chiffre d’affaires à l’étranger. Elle est localisée essentiellement dans la région parisienne et dans le Sud-Ouest.
L’industrie aéronautique est dominée par trois grands groupes :
- SNIAS, qui a construit Concorde et l’avion Airbus, des hélicoptères et des ensign militaires.
- SNECMA, qui construit des moteurs d’avion et des réacteurs.
- Dassault-Breguet, qui fabrique des avions militaires.
Les activités de l’industrie aérospatiale sont menées par le Centre National d’Etudes Spatiales.
LES INDUSTRIES ÉLECTRIQUES ET ÉLECTRONIQUES
Ce secteur dynamique a connu dans les dernières années une progression spectaculaire. Est dominé par de grands groupes (C.G.E. et Thomson-Bull), ce domaine de haute technologie présente quelque fragilité, malgré la réussite de certains secteurs.
La France est dépendante de l’étranger pour la fourniture de composants électroniques miniaturisés. Un succès pour le matériel téléphonique et pour la télématique est le Minitel, ordinateur domestique possédé par plus de quatre millions de Francais, qui permet d’interroger des banques de données et d’avoir accès aux les plus divers.
L’INDUSTRIE D’ARMEMENT
Industrie stratégique sous le contrôle de l’ÉEtat, elle satisfait tous les besoins de l’armée.
La France est le 3ème exportateur mondial de matériel militaire : ses clients sont essentialments les pays du Moyen et du Proche Orient et les pays du Tiers Monde.
L’INDUSTRIE FERROVIAIRE
L’industrie ferroviaire jouit d’une très bonne réputation à l’étranger.
- le T.G.V., grande réussite technologique et commerciale, voit s’ouvrir des perspectives très favorables.
- la R.A.P.T., a contribué à cette image de la France avec la construction de métros surtout dans les pays en voie de développement.
L’INDUSTRIE AGRO - ALIMENTAIRE
Les activités de transformation et de commercialisation de produits agricoles ont pris dans les dernières années de plus en plus d’importance. Cela est dû à la forte production agricole qui exige la conservation ou la transformation de la production non écoulée. Deuxième industrie française par l’importance de ses effectifs, elle se place au 2ème rang européen et au 3ème rang mondial.
On distingue :
- les industrie agricole, qui opèrent les premières transformations des produits bruts.
- les industries alimentaires, qui produisent des denrées destinées à l’alimentation humaine et animale.
La production est assurée par une foule de PME, par des coopératives et par quelques grands groupes. Le groupe le plus important, Danone, n’est que 16ème dans le classement des grands groupes alimentaires mondiaux.
LA RECHERCHE INDUSTRIELLE
Face à la concurrence mondiale, l’innovation reste actuellement le seul moteur de la réussite industrielle ; les investissements français dans la recherche ont fortement progressé. Recherche et entreprises de haute technologie travaillent en relation étroite dans les technopôles, où s’élaborent les concepts et les produits de la troisième révolution industrielle en cours :
- électronique.
- informatique.
- biotechnologiques.
LA SITUATION DE L’ENTREPRISE EN FRANCE
Ces dernières années, la situation des grandes entreprises françaises s’est bien améliorée, à l’exception du secteur de construction navale et aéronautique. La consommation des biens de luxe se porte mieux que la grande consommation.
Le secteur de l’automobile s’est très nettement redressé, stimulé par l’effet des mesures gouvernementales. Dans le secteur des transports, les entreprises publiques continuent d’enregistrer d’énormes pertes ; le déficit d’Air France va diminuant depuis 1994.
LES FEMMES ET LE MARCHÉE DE L’EMPLOI
Les emplois exercés par les femmes sont généralement sous-estimés par rapport aux fonctions masculines traditionnelles. On considére trop souvent que les fonctions exercées par des femmes n’exigent rien d’autre que des qualités qui vont de soi. Le système classique d’évaluation de fonction est trop hiérarchique et ne correspond pas à la soécifité de la situation actuelle.
C’est pourquoi un des objectifs des femmes est de développer un système dans lequel le travail de la femme serait estimé à sa juste valeur et rémunéré de la même façon, c’est-à-dire correctement.
Les femmes dans des positions de leadership ont ici un rôle important à jouer et une influence considérable à exercer.
EN PARTICULER
- électronique, depuis l’implantation de l’usine de fabrication des grands systèmes IBM à Montellier en 1965, les compétences électroniques de la France couvrent un large champ de cette industrie.
- informatique, dans la lignée d’IBM qui y implanté son centre de production et de service tourné vers les grands serveurs et leurs applications, l’industrie informatique régionale s’est ouverte aux marchés internationaux (comme par exemple Dell Computer, Cap Gemini et Palm Computing).
- automatique, robotique, capteurs, le développement de compétence en électronique et en informatique a permis l’émergence d’un secteur de pointe, associant ces différentes technologies dans des produits généralement destinés à un usage professionnel : automatismes (Crouzet-Sextant), robotique pour milieux hostiles, robotique médicale (Abx) ou encore capteurs filaires et non-filaires « high Tech ».

DANONE
Les sociétés qui forment aujourd’hui le Groupe Danone ont toujours eu une vocation commune : offrir les produits alimentaires les plus sains et les plus frais à leurs consommateurs.
La division recherche et développement représente 0,9% du chiffre d’affaires annuel du Groupe et emploie 1200 personnes. Son objectif est d’améliorer les produits existants et d’en développer de nouveau. Mais elle veut aussi satisfaction des consommateurs qui ont valu à Denon sa renommée mondiale. Les chercheurs de Danone travaillent à créer une vaste gamme de produits sains pratiques et délicieux ; le stress de la via moderne exige une alimentation saine. Les consommateurs l’ont compris, leurs habitudes alimentaires et leurs besoins sont en constante évolution : la recherche se doit d’anticiper.
Il faut dire qu’avec maintenant 76% de son chiffre d’affaires réalisés en Europe, Danone a encore du retard à rattraper par rapport à son concurrent suisse Nestlé. Au rang mondial Danone est à 16ème position.
REPARTITION DU CHIFFRE D’AFFAIRES DE DANONE (EN %)
PAR ACTIVITÉS
Produits laitiers
34,8%
Biscuits
20%
Epicerie
19,5%
Eaux minérales
9,2%
Bière
9,1%
Emballage
7,4%
PAR ZONES GÉOGRAPHIQUES
France
43,3%
Europe occidentale
41,8%
Amérique du Nord
5,9%
Asie-Pacifique
5,2%
Amérique Latine
1,6%
Europe centrale
1,6%
Autres
0,6%
INDEX
L’INDUSTRIE FRANCAISE
1- L’importance de l’industrie
1- La diversité de l’industrie française
2- Différences régionales
2- Les nouveaux facteurs de localisation de l’industrie
CRISE ET RESCRUCTURATION…
3- La sidérurgie
3- L’industrie textile
LES INDUSTRIES EN MUTATION
4- Les industries chimiques
4- L’industrie automobile
5- L’industrie de l’aluminium
LES INDUSTRIES DE POINTE
6- L’industrie aéronautique et spatiale
6- Les industries électriques et électroniques
6- L’industrie d’armement
7- L’industrie ferroviaire
7- L’industrie agro - alimentaire
LA RECHERCHE INDUSTRIELLE
LE RÔLE DE L’INDUSTRIE EN France
8- La situation de l’entreprise en France
8- Les femmes et le marché de l’emploi
8- En particulier
9- Danone

1
L’INDUSTRIE FRANCAISE
La France est aujourd’hui la 4ème puissance industrielle au niveau mondial, après les États-Unis, le Japon et l’Allemagne.
Après des années 60, l’industrie française subit le contrecoup de la crise énergétique mondiale qui frappe des secteurs essentiels. Pour surmonter ces difficultés et contrecarrer la concurrence des autres pays industrialisés, où la main-d’œuvre est à bas prix, une restructuration s’impose avec la modernisation des structures, la fermeture drastique et douloureuse d’usines peu concurrentielles. Malgré ses faiblesses, l’industrie française reste un secteur essentiel dans la compétition internationale.
L’IMPORTANCE DE L’INDUSTRIE
L’industrie, qui n’emploi que le quart de la population active, reste cependant le principal facteur d’indépendance économique. L’industrie reste le principal moteur de la croissance globale par les effets d’entraînement qu’elle exerce sur la plupart des autres activités économiques.
La société et l’économie françaises ont connu depuis les années 60 de prodigieux bouleversements. Le passage d’une agriculture paysanne à une exploitation industrielle de la terre, la disparition et la mutation de certains secteurs industriels, l’incessante croissance des activités de service : autant d’évolutions qui ont transformé un pays où le peuple des ouvriers et paysans était majoritaire et changé le visage d’un territoire encore largement rural.
LA DIVERSITÉ DE L’INDUSTRIE FRANCAISE
À côté d’une foule de P.M.E. (petites et moyennes entreprises) il existe de grandes industries qui contrôlent la moitié de la production française. L’ouverture de l’économie française au marché mondial a eu pour conséquence la pénétration de groupes étrangers dans son système productif. Inversement, l’industrie française est présente dans le monde par ses investissements, et les filiales industrielles des sociétés françaises dans le monde emploient près d’un million de personnes.
DIFFÉRENCES RÉGIONALES
Les industries ne sont pas uniformément distribuées sur le territoire français, mais elles se situent pour la plupart au Nord-Est. Dans cette partie de la France se trouvent les grandes régions industrielles : la région parisienne, la région lyonnaise, le Nord, la Lorraine, la Basse-Seine, l’Alsace et la région marseillaise.
À l’intérieur de cette France industrielle, on distingue toutefois des réalités différentes :
- les vieilles région industrielle du Nord et de la Lorraine, très spécialisée dans l’industrie lourde et la sidérurgie en particulier.
- la région parisienne, est le véritable cœur industriel de la France, avec un quart des actifs et la moitié du chiffre d’affaires du secteur.
- Paris, apparaît comme un énorme foyer industriel ; on y trouve la majorité des siéges sociaux des entreprises françaises.
- la région Rhône-Alpes, est devenue, grâce à son dynamisme et à son abondance énergétique, le deuxième foyer industriel du pays.
- dans l’Ouest, les zones d’industrialisation diffuse sont rares ; les industries sont regroupées autour de quelques pôles de concentration, localisée dans les estuaires ou dans les villes qui ont profité de la décentralisation.
LES NOUVEAUX FACTEURS DE LOCALISATION DE L’INDUSTRIE
Les investisseurs ne s’intéressent plus à la proximité de l’énergie, ni à la masse de main-d’œuvre disponible, mais à la qualité de l’environnement et des services offerts par les villes et aux facilités de transport.
- dans des premières temps, l’utilisation de gros ordinateurs a favorisé une grande concentration dans le centre-villes de bureaux d’affaires et de gestion.
- dans un second temps, la miniaturisation des ordinateurs a favorisé une dispersion des bureaux dans le périurbain et encouragé le développement de lotissements périphériques autour des laboratoires et centres d’innovation, de documentation et de gestion.

CRISE ET RESTRUCTURATION DES INDUSTRIES TRADITIONELLES
LA SIDÉRURGIE
La sidérurgie est fondamentale dans l’activité industrielle puisq’elle fournit les bases aux industries de transformation telles que l’automobile et la mécanique. Depuis la fin du XIXème siècle, les industries sidérurgiques étaient localisées dans le Nord et en Lorraine, en raison des mines de fer et de charbon. Le 2/3 du potentiel sidérurgique est produit sur l’eau ; il y a deux grands complexes maritimes :
- Dunkerque, sur la mer du Nord.
- Fos, en Méditerranée.
En Lorraine on ne coule plus que 25% de l’acier national. Après tant de difficultés, la sidérurgie française réussit enfin à être compétitive et la balance commerciale est positive.
L’INDUSTRIE TEXTILE
L’industrie textile a joué un rôle important dans l’industrialisation de la France mais la crise a provoqué des difficultés surtout de deux facteurs :
- la concurrence des pays du Tiers Monde, où les prix des matières et les salaires sont bas.
- le morcellement des entreprises, qui ont des difficultés d’investissement et de modernisation.
Pour y faire face, plusieurs voies ont été tentées :
- la concentration des entreprises, avec la création de grands groupes.
- le recours à des techniques automatiques, qui entraînent une suppression d’emplois.
- la délocalisation des usines.
- des accords de protection, avec les autres pays européens pour freiner la concurrence des importations des pays en voie de développement.
La balance commerciale nationale est aussi gravée par l’importation quasi totale des matières premières.
Les industries textiles sont surtout installées dans la région du Nord et de l’Est du pays :
- le Nord, est la première région textile grâce à la variété de ses fabrications et à la présence des grands de la vente par correspondance.
- la région lyonnaise, détient le monopole des soieries et la grande majorité des usines textiles chimiques.
- la région parisienne, lieu privilégié de la haute couture de réputation internationale ; est un secteur rémunérateur mais qui touche une clientèle limitée.
LES INDUSTRIES EN MUTATION

LES INDUSTRIES CHIMIQUES
C’est le plus complexe des secteurs industriels. La chimie de base est une industrie lourde qui comprend deux secteurs :
- chimie minérale, localisée sur les lieux d’extraction (Nord, Lorraine, Alsace, région de Lacq) et sa place est actuellement marginale.
- chimie organique, localisée surtout dans les ports d’importation (Basse-Seine, Étang de Berre) ou le long de l’oléoduc sud-européen Fos-Strasbourg (région lyonnaise en particulier).
Pendant les années 80, l’industrie chimique s’est profondément transformée pour faire face à la concurrence des pays étrangers fornuissant des produits de base à des prix très bas.
La chimie fine résiste mieux à la concurrence puisq’elle exige un personnel hautement qualifié et des investissements pour la recherche. Les secteurs les plus dynamiques sont surtout :
- la pharmacie, la branche pharmaceutique est localisée essentiellement dans la région parisienne et dans la région lyonnaise ; les groupes importants sont : Roussel-Uclaf et Rhône-Poulenc.
- la parfumerie, est localisée surtout à Paris et sur la Côte d’Azur et à Grasse.
- le cosmétiques ont dominé par l’Oréal, firme multinationale, qui réalise 2/3 de son chiffre d’affaires à l’étranger.
L’INDUSTRIE AUTOMOBILE
C’est l’un des secteurs clés de l’industrie française pour la main-d’œuvre qu’elle emploi et pour les différents secteurs en amont (sidérurgie, verrerie, textile, électronique) et en aval (pneus, assurances, accessoires). Elle exporte prés de 60% de sa production. Pour faire face à la concurrence étrangère, les constructeurs françaises ont été obligés d’automatiser la production et de déplacer des usines à l’étranger.
Cette stratégie a été suivie aussi par Michelin numéro un mondial des pneumatiques, installé à Clermont-Ferrant, qui produit 80% de ses pneus à l’étranger.
Deux grands groupes, devenus des multinationales, se partagent les secteurs :
- la Renault, nationalisée en 1945 et partiellement privatisée actuellement.
- le groupe privé Peugeot S.A. qui a absorbé Citroën et Chrysler-Europe.
Installée d’abord dans la région parisienne, l’industrie automobile s’est progressivement déconcentrée ; aujourd’hui un salarié sur deux seulement est dans la région parisienne.
L’INDUSTRIE DE L’ALUMINIUM
L’industrie de l’aluminium a subi la concurrence des pays disposant d’électricité bon marché ; mais, au début des années 90, elle retrouve un nouvel élan grâce à l’usine Pectine de Dunkerque construite en 1991. Cette usine détient le quasi-monopole de la production nationale. L’extraction du minerai de base pour la fabrication de l’aluminium est la bauxite.

LES INDUSTRIES DE POINTE
Les industries récentes se caractérisent par l’emploi de technologies avancées et de main-d’œuvre hautement spécialisée. Elles sont d’importance vitale dans l’économie française, en raison de la concurrence subie actuellement par les industries traditionnelles.
L’INDUSTRIE AÉRONATIQUE ET SPATIALE
Cette industrie, la 3ème du monde, emploie un personnel très qualifié ; son activité est à a fois civile et militaire et elle réalise près de 2/3 de son chiffre d’affaires à l’étranger. Elle est localisée essentiellement dans la région parisienne et dans le Sud-Ouest.
L’industrie aéronautique est dominée par trois grands groupes :
- SNIAS, qui a construit Concorde et l’avion Airbus, des hélicoptères et des ensign militaires.
- SNECMA, qui construit des moteurs d’avion et des réacteurs.
- Dassault-Breguet, qui fabrique des avions militaires.
Les activités de l’industrie aérospatiale sont menées par le Centre National d’Etudes Spatiales.
LES INDUSTRIES ÉLECTRIQUES ET ÉLECTRONIQUES
Ce secteur dynamique a connu dans les dernières années une progression spectaculaire. Est dominé par de grands groupes (C.G.E. et Thomson-Bull), ce domaine de haute technologie présente quelque fragilité, malgré la réussite de certains secteurs.
La France est dépendante de l’étranger pour la fourniture de composants électroniques miniaturisés. Un succès pour le matériel téléphonique et pour la télématique est le Minitel, ordinateur domestique possédé par plus de quatre millions de Francais, qui permet d’interroger des banques de données et d’avoir accès aux les plus divers.
L’INDUSTRIE D’ARMEMENT
Industrie stratégique sous le contrôle de l’ÉEtat, elle satisfait tous les besoins de l’armée.
La France est le 3ème exportateur mondial de matériel militaire : ses clients sont essentialments les pays du Moyen et du Proche Orient et les pays du Tiers Monde.
L’INDUSTRIE FERROVIAIRE
L’industrie ferroviaire jouit d’une très bonne réputation à l’étranger.
- le T.G.V., grande réussite technologique et commerciale, voit s’ouvrir des perspectives très favorables.
- la R.A.P.T., a contribué à cette image de la France avec la construction de métros surtout dans les pays en voie de développement.
L’INDUSTRIE AGRO - ALIMENTAIRE
Les activités de transformation et de commercialisation de produits agricoles ont pris dans les dernières années de plus en plus d’importance. Cela est dû à la forte production agricole qui exige la conservation ou la transformation de la production non écoulée. Deuxième industrie française par l’importance de ses effectifs, elle se place au 2ème rang européen et au 3ème rang mondial.
On distingue :
- les industrie agricole, qui opèrent les premières transformations des produits bruts.
- les industries alimentaires, qui produisent des denrées destinées à l’alimentation humaine et animale.
La production est assurée par une foule de PME, par des coopératives et par quelques grands groupes. Le groupe le plus important, Danone, n’est que 16ème dans le classement des grands groupes alimentaires mondiaux.
LA RECHERCHE INDUSTRIELLE
Face à la concurrence mondiale, l’innovation reste actuellement le seul moteur de la réussite industrielle ; les investissements français dans la recherche ont fortement progressé. Recherche et entreprises de haute technologie travaillent en relation étroite dans les technopôles, où s’élaborent les concepts et les produits de la troisième révolution industrielle en cours :
- électronique.
- informatique.
- biotechnologiques.
LA SITUATION DE L’ENTREPRISE EN FRANCE
Ces dernières années, la situation des grandes entreprises françaises s’est bien améliorée, à l’exception du secteur de construction navale et aéronautique. La consommation des biens de luxe se porte mieux que la grande consommation.
Le secteur de l’automobile s’est très nettement redressé, stimulé par l’effet des mesures gouvernementales. Dans le secteur des transports, les entreprises publiques continuent d’enregistrer d’énormes pertes ; le déficit d’Air France va diminuant depuis 1994.
LES FEMMES ET LE MARCHÉE DE L’EMPLOI
Les emplois exercés par les femmes sont généralement sous-estimés par rapport aux fonctions masculines traditionnelles. On considére trop souvent que les fonctions exercées par des femmes n’exigent rien d’autre que des qualités qui vont de soi. Le système classique d’évaluation de fonction est trop hiérarchique et ne correspond pas à la soécifité de la situation actuelle.
C’est pourquoi un des objectifs des femmes est de développer un système dans lequel le travail de la femme serait estimé à sa juste valeur et rémunéré de la même façon, c’est-à-dire correctement.
Les femmes dans des positions de leadership ont ici un rôle important à jouer et une influence considérable à exercer.
EN PARTICULER
- électronique, depuis l’implantation de l’usine de fabrication des grands systèmes IBM à Montellier en 1965, les compétences électroniques de la France couvrent un large champ de cette industrie.
- informatique, dans la lignée d’IBM qui y implanté son centre de production et de service tourné vers les grands serveurs et leurs applications, l’industrie informatique régionale s’est ouverte aux marchés internationaux (comme par exemple Dell Computer, Cap Gemini et Palm Computing).
- automatique, robotique, capteurs, le développement de compétence en électronique et en informatique a permis l’émergence d’un secteur de pointe, associant ces différentes technologies dans des produits généralement destinés à un usage professionnel : automatismes (Crouzet-Sextant), robotique pour milieux hostiles, robotique médicale (Abx) ou encore capteurs filaires et non-filaires « high Tech ».

DANONE
Les sociétés qui forment aujourd’hui le Groupe Danone ont toujours eu une vocation commune : offrir les produits alimentaires les plus sains et les plus frais à leurs consommateurs.
La division recherche et développement représente 0,9% du chiffre d’affaires annuel du Groupe et emploie 1200 personnes. Son objectif est d’améliorer les produits existants et d’en développer de nouveau. Mais elle veut aussi satisfaction des consommateurs qui ont valu à Denon sa renommée mondiale. Les chercheurs de Danone travaillent à créer une vaste gamme de produits sains pratiques et délicieux ; le stress de la via moderne exige une alimentation saine. Les consommateurs l’ont compris, leurs habitudes alimentaires et leurs besoins sont en constante évolution : la recherche se doit d’anticiper.
Il faut dire qu’avec maintenant 76% de son chiffre d’affaires réalisés en Europe, Danone a encore du retard à rattraper par rapport à son concurrent suisse Nestlé. Au rang mondial Danone est à 16ème position.
REPARTITION DU CHIFFRE D’AFFAIRES DE DANONE (EN %)
PAR ACTIVITÉS
Produits laitiers
34,8%
Biscuits
20%
Epicerie
19,5%
Eaux minérales
9,2%
Bière
9,1%
Emballage
7,4%
PAR ZONES GÉOGRAPHIQUES
France
43,3%
Europe occidentale
41,8%
Amérique du Nord
5,9%
Asie-Pacifique
5,2%
Amérique Latine
1,6%
Europe centrale
1,6%
Autres
0,6%
INDEX
L’INDUSTRIE FRANCAISE
1- L’importance de l’industrie
1- La diversité de l’industrie française
2- Différences régionales
2- Les nouveaux facteurs de localisation de l’industrie
CRISE ET RESCRUCTURATION…
3- La sidérurgie
3- L’industrie textile
LES INDUSTRIES EN MUTATION
4- Les industries chimiques
4- L’industrie automobile
5- L’industrie de l’aluminium
LES INDUSTRIES DE POINTE
6- L’industrie aéronautique et spatiale
6- Les industries électriques et électroniques
6- L’industrie d’armement
7- L’industrie ferroviaire
7- L’industrie agro - alimentaire
LA RECHERCHE INDUSTRIELLE
LE RÔLE DE L’INDUSTRIE EN France
8- La situation de l’entreprise en France
8- Les femmes et le marché de l’emploi
8- En particulier
9- Danone

1

Esempio