Autori contemporanei di Rousseau

Materie:Appunti
Categoria:Francese

Voto:

1.5 (2)
Download:49
Data:11.05.2007
Numero di pagine:14
Formato di file:.doc (Microsoft Word)
Download   Anteprima
autori-contemporanei-rousseau_1.zip (Dimensione: 10.19 Kb)
readme.txt     59 Bytes
trucheck.it_autori-contemporanei-di-rousseau.doc     43 Kb



Testo

L’Abbé Prévost
La Vie
Provenant d’une famille de magistrats, il a été déchiré entre deux tentations contraire : la vocation religieuse et la passion d’amour. Il a analysé ce conflit entre amour sacré et amour profane.
A’ seize ans il abandonne son collège de jesuites pour aller à la guerre, se fait benedictus et est ordonné prêtre. L’année précédente, il a commence un long roman aux épisodes multiples et aux nombreuses allusions autobiographiques : Mémoires et aventures d’un homme de qualité. A’ cause d’une historie d’amour, l’Abbé s’enfuit en Hollande où rédige L’historie du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut. Le livre fait scandale, il est saisi et condamne a être brûle pour immoralité. Prévost fréquente les salons de philosophes, mène une vie aisée et continue à écrire des romans et pratique le journalisme. Pourvu d’un bénéfice ecclésiastique, il se lie d’amitié avec Rousseau et se met à traduira des romans anglais.
Mémoires et aventures d’un homme de qualité
Ce roman en sept volumes a pour héros et narrateur un gentilhomme, le marquis de Renoncule. Ses vicissitudes inspirées de la vie de ò’auteur, débutent sous Louis XIV et se terminent à l’époque de la Rageante. Le récit est truffe d’épisodes secondaires et de digression.
Manon Lescaut
Est la conclusion des Mémoires et aventures d’un homme de qualité ; ce récit dans le récit a toutefois très vite circule de façon autonome. Les aventures d’une jeune couple d’amants et amoureux transis, racontées sans jugement moral. Prévost a voulu peindre la société de la Régence, dont l’immoralité corrompt les esprits et mettre en garde les jeunes générations contre la force de la passion. Cette historie d’amour et de perdition a d’ailleurs contribue a faire naître une nouvelle sensibilité où la tendresse et la melchite sont essayes par une description psychologique subtile ; presque un avant-goût de la sensibilité romantique.
Un roman moderne et ambigu
Prévost est écartelé entre la rigidité catholique qui marque les dernières années du règne et les bouillonnements de la Régence, Prévost romancier appartient à deux mondes qui s’opposent. C’est sur cette contradiction que se fondent ses romans. Chez les deux héros, c’est le même contraste qui se manifeste : bien que passif, Des Rieux n’est pas moins ambigu que la sublime Manon. Cette ambiguïté, qui caractérise des êtres tenues de tout principe moral, et le goût pour l’introspection que montre l’auteur ont fait de Manon Lescaut l’un des premiers roman modernes.
L’action
Le chevalier Des Rieux à accompagne des prisonnières que l’on embarquait pour la Louisiane. Des Rieux raconte sa vie, celle d’un jeune provincial de bonne famille, que Manon a un jour bouleversé. Amoureux fou, le chevalier a quitte sa famille et sa condition exemplaire pour suivre à Paris la belle frivole dont il apprend très vite les infidélités. Il est balle vivre avec Manon et le frère de celle-ci et pour entretenir une maîtresse qui aime le lux se transforme en escroc. Les amants ont été incarcères. Des Rieux a été libère grâce a l’intervention de son père, qui a toutefois obtenu que Manon soit déportée en Amérique mais entraîne par une passion irrésistible, Des Rieux s’est embarque comme volontaire sur le même bateau. Le fils du gouverneur s’est épris de Manon et se bat en duel avec Des Rieux, qui le blesse grièvement. Ils se enfuient alors dans le dessert où Manon meurt d’épuisement. Désespère Des Rieux se couche sur la tombe pour se laisser mourir.
Marivaux

La vie
Né à Paris, il abandonne les études de droit pour se consacrer à la carrière littéraire. Fréquente le salon de Mène de Lambert, lieu de réunion des Modernes. Il y exerce son esprit d’observation et apprend à sonder les mystères du cœur ; il s’essaie à plusieurs genres mineurs avant de choisir définitivement la voie du théâtre. Il signe son premier succès, Arlequin poli par l’amour ; il confie cette féerie en un acte oc Comédiens Italiens dont il apprécie le je inventif et très expressif. Il est aussi journaliste et romancier. Marivaux fonde et dirige des périodiques littéraires où il approfondit ses réflexions sociales et esthétiques. Malgré le succès, il ne connotatifs l’aisance économique.
Le théâtre dans la première moitie du XVIII siècle
La Comédie-française créée en 1680 s’impose jusqu'à devenir le grand temple du théâtre régulier français. Il existe un autre théâtre, très apprécie par le grand public, le théâtre populaire de la Foire, qui parvient à contourner, par d’ingénieux stratagèmes, toutes les mesures de protection imposées par la Comedie-Francaise afin de ne pas perdre son public.
Les comédies
Marivaux se consacre sans répit au théâtre, notamment à la comédie en prose qu’il rénove complètement. Dans les nombreuses comédies de l’amour il explore attentivement toutes les nuances du sentiment amoureux, analyse les secrets et les masques du cœur humain. Dans le trois comédies philosophiques analyse la psychologie avec l’analyse sociale dans un cadre utopique. Marivaux redéfinit les rapports entre dominant et domines, pour montrer que la noblesse véritable ne vient pas de la naissance.
Le jeu théâtral
Au contact des Comédiens italiens et de leur masques, Marivaux se soumet à la convention théâtrale par excellence et place au cœur de son œuvre l’essence même du théâtre : le déguisement et le jeu. Les acteurs de Marivaux échangent souvent leur masque et leur identité mettant ainsi à rude difficulté les rôles conventionnels non seulement de la scène mais surtout de la société.
Un auteur redécouvert
Marivaux à son temps n’a pas joui d’une grande considération ; son style a pris l’appellation péjorative de marivaudage. Le terme est né vers 1760 et il a été empli comme synonyme de préciosité pour dénigrer le théâtre de Marivaux que l’on considérait souvent comme frivole mais aussi trop prompt à faire de concessions à la langue du peuple. Marivaudage désigne aujourd’hui un certain raffinement et une certaine sensibilité dans un dialogue bien mène. L’habilite à exprimer des sentiments profond sous la voile d’une apparente légèreté. Le terme indique à la fois un certain type de situation dramatique et le style souple et léger, mais jamais superficiel. L’ouvre de Marivaux et son rôle dans la littérature ont été recouverts : on souligne désormais le caractère deliberement moderne et original. Marivaux évite les dogmes et les lieux communs de la tradition classique, parvenant ainsi a représenter, avec beaucoup de liberté et de legato, ce qui l’indique comme les différences du cœur. Pour peindre les mouvements imperceptibles de ‘âme et les aspects les plus fuyant de l’amour avec la nuance, la spontanéité et la réalité. La conclusion de ses pièces reste prudente et souligne le caractère utopique d’un changement radical.

Rousseau
Discours sur les sciences et les arts
L’homme est bon par nature, c’est la société et la civilisation qui le corrompt. Il fallait une certaine audace à Rousseau pour soutenir une telle thèse. Les idées à la mode étaient plutôt celles de progrès, de bonheur dans le monde, de luxe même. Processus de civilisation de l’humanité provoque la degeneration morale plutôt qu’une amélioration de mœurs. Le discours s’articule en deux parties : exposition historique et après l’explication théorique. A l’origine, l’état de nature où les hommes vivaient libres, puis le développement de la culture qui a causé une inévitable décadence morale. Il admet que les sciences et les arts sont nécessaires à la société, mais il invite à se défier du progrès car il ne croit pas aux bienfaits de la civilisation contrairement aux encyclopédistes.
Discours sur l’inégalité
R. par suit la réflexion commencée dans le 1 discours et montre que l’inégalité est la source de tous les maux et de la décadence. Il reconstruit par le raisonnement l’évolution de l’homme. Il consacre la 1 partie à décrire la situation de l’homme à l’état de nature avant que la société naisse. L’homme, naturellement libre, vivait libre, indipendent, heureux dans la nature, cette idée est a l’origine du mythe du bon sauvage, Dans la 2 partie, il étude l’apparition du cadre sociale. La propriété est lorsque certains se sorti appropries les terres ; ils sont venus plus riches, pour faire respecter leur propriété il faut instituer les lois, puis des magistrats pour faire les respecter.
Du contracté social
Tente de déterminer les bases d’une société politique dans laquelle l’homme puisse de ses droits et soit garanti contre l’oppression. L’idée du contrait est la suivante : puisque l’homme est bonne par nature, le mal est à rechercher non dans l’individus mais dans le peuple et plus exactement chez l’homme mal gouverné. Le contracté social est divise en 4 livres : 1) pacte social. 2) Souveraineté(est inaliénable, indivisible et doit respecter la liberté individuelle). 3) Gouvernement(est le serviteur du peuple). 4) fonctionnement de l’état idéal. Etat idéale= Où les hommes renonceraient a la liberté naturelle pour adopter la liberté du citoyen dans la communauté. Il affirme en autre la nécessite d’une telson civile qui exalte la tolérance, la vertu et l’amour pour son prochain.
Education
Se fonde sur le principe que l’homme est naturellement bon et que c’est la civilisation qui l’a corrompu. Il tient compte des étapes de l’évolution qui englobe aussi bien la sensibilité que la raison et formule des méthodes éducatives. Cette œuvres se compose de cinq livres (enfance, développement de la sensibilité, développement de l’intelligence, découverte de l’autre et de la morale, question du mariage et l’éducation politique).
Nouvelle Heloise
Historie d’amour qui aussi réfléchit sur des sujets moraux, sociaux et politiques, le problème de la famille, éducation et le conflit entre la ville et la campagne.
Confessions
Envie profonde de se comprendre soi-même. Difficulté des rapports avec la pensée du siècle de la lumière, il tend à un approfondissement spirituel, à une exploration systématique de son monde intime, de son moi.

Bernardin de Saint-Pierre
La melchite de la nature
Bernardin de Saint-Pierre est le seul auteur que l’on puisse considérer comme un disciple de Rousseau. Sa curiosité inquiète le porte avant tout à voyager : il fait la connivence de Rousseau dont il partage l’amour pour la nature sauvage et la méfiance à l’égard de la civilisation. Il publie le compte-rendu de ses expéditions, plusieurs volumes où il entend montrer que la perfection de la nature n’est autre que le signe de la providence divine. Il avait pris position contre l’esclavage des Noirs, il s’attire la bienveillance du révolutionnaire.
Paul et Virginie
Bernard de Saint-Pierre ne se considère aucunement comme un romancier. Les Etudes de la nature se veulent avant tout un essai pour célébrer la beauté de la création. Il y mêle la description précise, quasiment scientifique et une critique rigoureuse de la rationalité des Lumières.
Virginie et Paul, grandissent ensemble dans une nature intacte et dans l’innocence la plus totale. A’ Paris elle regrette la vie simple de l’Ile et surtout Paul auquel elle liée par un amour naissant. Elle décide de rentrer mais son bateau fait naufrage juste devant l’île. Paul qui assiste impuissant à ce drame, ne lui survivra pas.
L’influence de Rousseau
Rousseau a influence dans le style ou de la place qu’y tient l’amour pour la nature et les sentiments des personnages et aussi au niveau de choix plus idéologiques où l’on sent les marques théories philosophiques et politiques de Rousseau. L’état de Nature est réalise à l’île de France. La seule grande différence entre les deux écrivains dans le choix de Bernardin Saint-Pierre d’un lieu exotique comme théâtre pour son roman.

L’Abbé Prévost
La Vie
Provenant d’une famille de magistrats, il a été déchiré entre deux tentations contraire : la vocation religieuse et la passion d’amour. Il a analysé ce conflit entre amour sacré et amour profane.
A’ seize ans il abandonne son collège de jesuites pour aller à la guerre, se fait benedictus et est ordonné prêtre. L’année précédente, il a commence un long roman aux épisodes multiples et aux nombreuses allusions autobiographiques : Mémoires et aventures d’un homme de qualité. A’ cause d’une historie d’amour, l’Abbé s’enfuit en Hollande où rédige L’historie du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut. Le livre fait scandale, il est saisi et condamne a être brûle pour immoralité. Prévost fréquente les salons de philosophes, mène une vie aisée et continue à écrire des romans et pratique le journalisme. Pourvu d’un bénéfice ecclésiastique, il se lie d’amitié avec Rousseau et se met à traduira des romans anglais.
Mémoires et aventures d’un homme de qualité
Ce roman en sept volumes a pour héros et narrateur un gentilhomme, le marquis de Renoncule. Ses vicissitudes inspirées de la vie de ò’auteur, débutent sous Louis XIV et se terminent à l’époque de la Rageante. Le récit est truffe d’épisodes secondaires et de digression.
Manon Lescaut
Est la conclusion des Mémoires et aventures d’un homme de qualité ; ce récit dans le récit a toutefois très vite circule de façon autonome. Les aventures d’une jeune couple d’amants et amoureux transis, racontées sans jugement moral. Prévost a voulu peindre la société de la Régence, dont l’immoralité corrompt les esprits et mettre en garde les jeunes générations contre la force de la passion. Cette historie d’amour et de perdition a d’ailleurs contribue a faire naître une nouvelle sensibilité où la tendresse et la melchite sont essayes par une description psychologique subtile ; presque un avant-goût de la sensibilité romantique.
Un roman moderne et ambigu
Prévost est écartelé entre la rigidité catholique qui marque les dernières années du règne et les bouillonnements de la Régence, Prévost romancier appartient à deux mondes qui s’opposent. C’est sur cette contradiction que se fondent ses romans. Chez les deux héros, c’est le même contraste qui se manifeste : bien que passif, Des Rieux n’est pas moins ambigu que la sublime Manon. Cette ambiguïté, qui caractérise des êtres tenues de tout principe moral, et le goût pour l’introspection que montre l’auteur ont fait de Manon Lescaut l’un des premiers roman modernes.
L’action
Le chevalier Des Rieux à accompagne des prisonnières que l’on embarquait pour la Louisiane. Des Rieux raconte sa vie, celle d’un jeune provincial de bonne famille, que Manon a un jour bouleversé. Amoureux fou, le chevalier a quitte sa famille et sa condition exemplaire pour suivre à Paris la belle frivole dont il apprend très vite les infidélités. Il est balle vivre avec Manon et le frère de celle-ci et pour entretenir une maîtresse qui aime le lux se transforme en escroc. Les amants ont été incarcères. Des Rieux a été libère grâce a l’intervention de son père, qui a toutefois obtenu que Manon soit déportée en Amérique mais entraîne par une passion irrésistible, Des Rieux s’est embarque comme volontaire sur le même bateau. Le fils du gouverneur s’est épris de Manon et se bat en duel avec Des Rieux, qui le blesse grièvement. Ils se enfuient alors dans le dessert où Manon meurt d’épuisement. Désespère Des Rieux se couche sur la tombe pour se laisser mourir.
Marivaux

La vie
Né à Paris, il abandonne les études de droit pour se consacrer à la carrière littéraire. Fréquente le salon de Mène de Lambert, lieu de réunion des Modernes. Il y exerce son esprit d’observation et apprend à sonder les mystères du cœur ; il s’essaie à plusieurs genres mineurs avant de choisir définitivement la voie du théâtre. Il signe son premier succès, Arlequin poli par l’amour ; il confie cette féerie en un acte oc Comédiens Italiens dont il apprécie le je inventif et très expressif. Il est aussi journaliste et romancier. Marivaux fonde et dirige des périodiques littéraires où il approfondit ses réflexions sociales et esthétiques. Malgré le succès, il ne connotatifs l’aisance économique.
Le théâtre dans la première moitie du XVIII siècle
La Comédie-française créée en 1680 s’impose jusqu'à devenir le grand temple du théâtre régulier français. Il existe un autre théâtre, très apprécie par le grand public, le théâtre populaire de la Foire, qui parvient à contourner, par d’ingénieux stratagèmes, toutes les mesures de protection imposées par la Comedie-Francaise afin de ne pas perdre son public.
Les comédies
Marivaux se consacre sans répit au théâtre, notamment à la comédie en prose qu’il rénove complètement. Dans les nombreuses comédies de l’amour il explore attentivement toutes les nuances du sentiment amoureux, analyse les secrets et les masques du cœur humain. Dans le trois comédies philosophiques analyse la psychologie avec l’analyse sociale dans un cadre utopique. Marivaux redéfinit les rapports entre dominant et domines, pour montrer que la noblesse véritable ne vient pas de la naissance.
Le jeu théâtral
Au contact des Comédiens italiens et de leur masques, Marivaux se soumet à la convention théâtrale par excellence et place au cœur de son œuvre l’essence même du théâtre : le déguisement et le jeu. Les acteurs de Marivaux échangent souvent leur masque et leur identité mettant ainsi à rude difficulté les rôles conventionnels non seulement de la scène mais surtout de la société.
Un auteur redécouvert
Marivaux à son temps n’a pas joui d’une grande considération ; son style a pris l’appellation péjorative de marivaudage. Le terme est né vers 1760 et il a été empli comme synonyme de préciosité pour dénigrer le théâtre de Marivaux que l’on considérait souvent comme frivole mais aussi trop prompt à faire de concessions à la langue du peuple. Marivaudage désigne aujourd’hui un certain raffinement et une certaine sensibilité dans un dialogue bien mène. L’habilite à exprimer des sentiments profond sous la voile d’une apparente légèreté. Le terme indique à la fois un certain type de situation dramatique et le style souple et léger, mais jamais superficiel. L’ouvre de Marivaux et son rôle dans la littérature ont été recouverts : on souligne désormais le caractère deliberement moderne et original. Marivaux évite les dogmes et les lieux communs de la tradition classique, parvenant ainsi a représenter, avec beaucoup de liberté et de legato, ce qui l’indique comme les différences du cœur. Pour peindre les mouvements imperceptibles de ‘âme et les aspects les plus fuyant de l’amour avec la nuance, la spontanéité et la réalité. La conclusion de ses pièces reste prudente et souligne le caractère utopique d’un changement radical.

Rousseau
Discours sur les sciences et les arts
L’homme est bon par nature, c’est la société et la civilisation qui le corrompt. Il fallait une certaine audace à Rousseau pour soutenir une telle thèse. Les idées à la mode étaient plutôt celles de progrès, de bonheur dans le monde, de luxe même. Processus de civilisation de l’humanité provoque la degeneration morale plutôt qu’une amélioration de mœurs. Le discours s’articule en deux parties : exposition historique et après l’explication théorique. A l’origine, l’état de nature où les hommes vivaient libres, puis le développement de la culture qui a causé une inévitable décadence morale. Il admet que les sciences et les arts sont nécessaires à la société, mais il invite à se défier du progrès car il ne croit pas aux bienfaits de la civilisation contrairement aux encyclopédistes.
Discours sur l’inégalité
R. par suit la réflexion commencée dans le 1 discours et montre que l’inégalité est la source de tous les maux et de la décadence. Il reconstruit par le raisonnement l’évolution de l’homme. Il consacre la 1 partie à décrire la situation de l’homme à l’état de nature avant que la société naisse. L’homme, naturellement libre, vivait libre, indipendent, heureux dans la nature, cette idée est a l’origine du mythe du bon sauvage, Dans la 2 partie, il étude l’apparition du cadre sociale. La propriété est lorsque certains se sorti appropries les terres ; ils sont venus plus riches, pour faire respecter leur propriété il faut instituer les lois, puis des magistrats pour faire les respecter.
Du contracté social
Tente de déterminer les bases d’une société politique dans laquelle l’homme puisse de ses droits et soit garanti contre l’oppression. L’idée du contrait est la suivante : puisque l’homme est bonne par nature, le mal est à rechercher non dans l’individus mais dans le peuple et plus exactement chez l’homme mal gouverné. Le contracté social est divise en 4 livres : 1) pacte social. 2) Souveraineté(est inaliénable, indivisible et doit respecter la liberté individuelle). 3) Gouvernement(est le serviteur du peuple). 4) fonctionnement de l’état idéal. Etat idéale= Où les hommes renonceraient a la liberté naturelle pour adopter la liberté du citoyen dans la communauté. Il affirme en autre la nécessite d’une telson civile qui exalte la tolérance, la vertu et l’amour pour son prochain.
Education
Se fonde sur le principe que l’homme est naturellement bon et que c’est la civilisation qui l’a corrompu. Il tient compte des étapes de l’évolution qui englobe aussi bien la sensibilité que la raison et formule des méthodes éducatives. Cette œuvres se compose de cinq livres (enfance, développement de la sensibilité, développement de l’intelligence, découverte de l’autre et de la morale, question du mariage et l’éducation politique).
Nouvelle Heloise
Historie d’amour qui aussi réfléchit sur des sujets moraux, sociaux et politiques, le problème de la famille, éducation et le conflit entre la ville et la campagne.
Confessions
Envie profonde de se comprendre soi-même. Difficulté des rapports avec la pensée du siècle de la lumière, il tend à un approfondissement spirituel, à une exploration systématique de son monde intime, de son moi.

Bernardin de Saint-Pierre
La melchite de la nature
Bernardin de Saint-Pierre est le seul auteur que l’on puisse considérer comme un disciple de Rousseau. Sa curiosité inquiète le porte avant tout à voyager : il fait la connivence de Rousseau dont il partage l’amour pour la nature sauvage et la méfiance à l’égard de la civilisation. Il publie le compte-rendu de ses expéditions, plusieurs volumes où il entend montrer que la perfection de la nature n’est autre que le signe de la providence divine. Il avait pris position contre l’esclavage des Noirs, il s’attire la bienveillance du révolutionnaire.
Paul et Virginie
Bernard de Saint-Pierre ne se considère aucunement comme un romancier. Les Etudes de la nature se veulent avant tout un essai pour célébrer la beauté de la création. Il y mêle la description précise, quasiment scientifique et une critique rigoureuse de la rationalité des Lumières.
Virginie et Paul, grandissent ensemble dans une nature intacte et dans l’innocence la plus totale. A’ Paris elle regrette la vie simple de l’Ile et surtout Paul auquel elle liée par un amour naissant. Elle décide de rentrer mais son bateau fait naufrage juste devant l’île. Paul qui assiste impuissant à ce drame, ne lui survivra pas.
L’influence de Rousseau
Rousseau a influence dans le style ou de la place qu’y tient l’amour pour la nature et les sentiments des personnages et aussi au niveau de choix plus idéologiques où l’on sent les marques théories philosophiques et politiques de Rousseau. L’état de Nature est réalise à l’île de France. La seule grande différence entre les deux écrivains dans le choix de Bernardin Saint-Pierre d’un lieu exotique comme théâtre pour son roman.

Esempio